Kits de lavage des mains au savon : La bonne affaire des revendeurs

0
677

La pandémie a boosté le marché des kits de lavage des mains au savon

Le Premier ministre français, édouard Philippe, a parfaitement résumé la menace du coronavirus sur l’humanité. « Aucun système de santé au monde n’a été conçu pour faire face à une vague de cette ampleur ». Il vaut mieux donc circonscrire la propagation de cette pandémie dans les pays à travers des mesures barrières comme se laver les mains au savon ou appliquer des solutions hydroalcooliques sur les mains, éviter les contacts et observer la distanciation sociale. Ces mesures sont à portée de main et doivent être appliquées pour éviter une flambée du coronavirus dans notre pays comme on en voit dans certains pays européens et aux états-Unis. Tous les observateurs s’accordent à dire que ces pays représentent l’épicentre de la pandémie, mais c’est le continent africain qui concentre les grandes inquiétudes.
Il faut atténuer les risques par les gestes barrières. C’est pourquoi, rares sont maintenant les familles ou les services qui ne disposent pas d’un dispositif de lavage des mains.
Dès l’entrée, on peut remarquer des pots contenant de l’eau posés sur des supports métalliques et du savon à coté vous indiquant de vous laver les mains avant de franchir les portes. Dans notre pays, le coronavirus a dopé le marché des kits de lavage des mains au savon. C’est devenu une niche pour les revendeurs de ces produits. Ils se frottent les mains parce que la clientèle se bouscule aux portillons pour s’en procurer. C’est donc une opportunité pour les opérateurs économiques qui avaient constitué un stock important dans le cadre de la lutte contre Ebola, d’écouler leur stock.
Nos reporters sont allés sur le terrain voir comment le marché se comporte. Un premier constat s’impose, c’est que les prix ont pris l’ascenseur. Bidons, seaux avec couvercle et autres récipients ont été transformés en dispositifs de lavage des mains au savon. Les prix, en fonction de la qualité, oscillent entre 10.000 et 25.000 Fcfa. Il était environ 12 heures ce jour au marché « Dibida ». Dans une boutique remplie de fûts plastiques de différentes capacités, transformées en kits de lavage des mains au savon, quatre jeunes vendeurs étaient au four et au moulin. Si certains marchandaient avec des clients, d’autres emballaient des commandes à livrer pour des acheteurs. Mais, tous étaient hyper actifs. Lorsque que nous avons décliné notre identité, l’un des vendeurs qui affichait un large sourire explique gentiment qu’ils n’ont pas le temps de discuter avec les journalistes parce que la demande est forte.

Depuis l’épidémie à virus Ebola, certains se sont reconvertis en vendeurs de kits de lavage des mains au savon. C’est le cas de Mohamed Konaba Kéita. Il souligne que ce commerce, au-delà de l’argent, permet d’apporter sa contribution dans la protection de nos compatriotes contre le coronavirus. « Depuis le matin, j’ai vendu plus de 200 kits », explique-t-il. Par ailleurs, il reconnaît que le marché prospère plus avec la forte demande de kits des services de l’administration publique.
Pour lui, les prix n’ont pas beaucoup changé. Mais, le constat sur le terrain révèle une augmentation d’au moins 30% sur les prix habituels. Papa Traoré, revendeur de kits de lavage des mains au savon, confectionne lui-même le dispositif. Il y fixe un robinet avant de poser le seau sur un support métallique, acquis à 4.000 Fcfa. « Dans le commerce, chacun pense aux bénéfices. Je souhaite vendre un peu plus de 20 kits par jour », a fait remarquer Karamoko Ballo, revendeur de dispositifs de lavage des mains au savon. Ce matériel est actuellement très sollicité sur le marché.
Amadou Maïga qui évolue dans le même registre commercial, se frotte les mains aussi. Il se rappelle bien qu’il lui arrivait de ne vendre le moindre kit des jours durant. Mais, depuis que la pandémie du coronavirus sévit, il sent un regain d’intérêt pour ses produits. Il peut vendre une dizaine de kits par jour, dont les prix varient entre 10.000 et 20.000 Fcfa.
Seydou Coulibaly est un client qui venait de se procurer un dispositif de lavage des mains au savon. Il emballe son kit et nous parle de l’importance de la prévention contre le coronavirus. Quant à Ami Diarra, elle marchandait avant de se mettre d’accord sur le prix avec le détaillant.
Elle redoute le coronavirus et explique que personne n’est à l’abri de ce virus parce que n’importe qui peut être à risque pour la famille. Quant à Dr Aliou Ousmane Cissé, directeur du département d’approvisionnement à la Pharmacie populaire du Mali (PPM), il explique qu’en dehors du Covid-19, le lavage des mains au savon permet de prévenir beaucoup d’autres maladies. Ceci doit continuer dans le cadre de l’amélioration de la santé publique.

Aïssata TOURÉ

Laisser une réponse