Koro : Un sit-in pour réclamer la sécurité

0
301

Les manifestants ont exprimé leur ras-le-bol

Un sit-in pour réclamer plus de sécurité s’est tenu le 8 Janvier au rond point central de la ville de Koro. Organisé par l’association des jeunes ressortissants du Domno (AJRD0), ce sit-in avait pour objectif d’attirer l’attention des plus hautes autorités du pays sur la dégradation de la situation sécuritaire dans le Domno d’une part et dans tout le plateau dogon d’autre part.
On pouvait lire sur les pancartes brandies par les participants, « Retour des Famas à Yoro », « Non à l’inertie de l’État », « Je suis un déplacé, je souffre, j’ai droit à l’assistance », « Sécurisation des axes routiers Koro-Dinangourou, Koro- Mopti ».
Le Domno est une aire géographique située à l’est du Cercle de Koro et qui regroupe les Communes de Yoro, Dinangourou et une partie de la Commune de Dioungani. Ces trois communes sont coupées du reste du Cercle depuis plus de deux ans à cause des attaques terroristes et des attaques avec des engins explosifs improvisés sur l’axe Koro-Dioungani-Dinangourou.
Depuis le retrait des Famas positionnés à Yoro pour des raisons opérationnelles en décembre 2019, la Commune de Yoro a fait l’objet de plusieurs attaques d’hommes armées non identifiés, causant de nombreux morts, des déplacés et des dégâts matériels. Sur les 11 villages et hameaux qui composent la Commune de Yoro, seuls deux villages sont restés sur place à ce jour malgré l’insécurité grandissante. Les habitants des autres villages sous la menace des hommes armés sont partis, abandonnant tout sur place. C’est donc face à cette situation, que l’AJRDO a organisé ce sit-in pour attirer l’attention des autorités sur la situation qui prévaut dans le Domno. Selon H. Aya, président de l’AJRDO, si rien n’est fait dans les jours à venir, c’est l’existence même de la commune qui est menacée. Depuis le rond point central de Koro, les ressortissants de Domno ont lancé un cri de cœur à toutes les bonnes volontés et aux plus hautes autorités, pour secourir au plus vite les paisibles populations qui sont victimes des attaques répétitives des groupes terroristes dans la zone.

Moussa NIANGALY
Amap-Koro

Laisser une réponse