Koulikoro : LES ACTIVITÉS 2018 DU PRODESS ÉVALUÉES

0
291

Le Comité régional d’orientation de coordination et d’évaluation (CROCEP) du Programme de développement sanitaire et social (PRODESS) de la région de Koulikoro a tenu ses assises, les 28 février et 1er mars, dans la salle de conférence du gouvernorat, sous la présidence du directeur de cabinet du gouverneur, Sékou Samaké. Le CROCEP, faut-il le rappeler, est un dispositif de suivi et d’évaluation institué en février 2001, modifié successivement en 2010 et 2012. Il est l’instance suprême de coordination et de planification des activités sanitaires et sociales au niveau régional.
Ces assises visent à valider les bilans techniques et financiers de l’année 2018 et la programmation de l’année 2020 du secteur santé, développement social et de l’économie solidaire et de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. « J’ose espérer que vous allez vous appesantir sur l’analyse des bilans des trois composantes : santé, développement social et de l’économie solidaire et de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille. Ces derniers sont marqués par un taux élevé de décès maternel, les difficultés de paiement des quotes-parts de la référence évacuation, la faible mobilisation des fonds pour les trois composantes du secteur, soit 47% », a précisé M. Samaké avant d’exhorter les participants à plus d’assiduité pour la réussite des assises.
Les débats ont porté, notamment, sur le cadre de collaboration entre tradithérapeutes et agents de santé des districts, les cas de complications liées à l’excision à Banamba, la gratuité de la prise en charge des morsures de serpents et de chiens. Les participants ont aussi débattu du renouvellement des mandats des Associations de santé communautaires (ASACO), du nombre élevé de décès maternel à Koulikoro, de la non disponibilité de certains produits pharmaceutiques de l’AMO à Koulikoro, la gestion des déchets biomédicaux à Kalambancoro, le faible taux d’affiliation du personnel sous ASACO à l’INPS à Kati (15%).
Les assises ont validé les bilans 2018 pour l’ensemble du secteur santé, développement social et promotion de la famille à 6.839.363.000 Fcfa avec un taux de mobilisation de 49% et 94% de justification. Quant aux programmations 2020, elles se chiffrent, pour l’ensemble du secteur santé, développement social et promotion de la femme, à 13.007.561.000 Fcfa, dont 11.027.801.000 pour la santé, 1.263.830.000 pour le développement social et 715.930.000 pour la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille.

Amadou MAÏGA
AMAP-Koulikoro

Laisser une réponse