Koulouba : Série d’audiences

0
416

Le chef de l’État avec la délégation du ministre mauritanien en charge de l’Intérieur

Le président de la République a échangé mardi avec les jeunes «sur les codes et les clés de l’avenir» du Mali et du continent. Ibrahim Boubacar Keïta recevait, en effet, le nouveau bureau du Conseil national de la jeunesse (CNJ-Mali), conduit par son président Amadou Diallo. L’audience s’est déroulée en présence du ministre des Sports et de la Jeunesse, Arouna Modibo Touré.
En venant sur les hauteurs de Koulouba, le bureau nouvellement élu tenait à présenter au chef de l’État son Plan triennal 2019-2022, assorti de stratégies adaptées. Lequel s’inscrit, selon son président, dans la logique du programme présidentiel : «Anw Ka Maliba Bè ka Tagnè». Pour ce faire, le président Diallo a, après avoir salué les nombreuses réalisations du chef de l’État au profit des jeunes et du peuple, relaté quelques difficultés qui assaillent la jeunesse malienne : problème d’insécurité, d’emploi, de corruption, de gouvernance, de faible accès aux services sociaux de base, etc. Avec, selon lui, comme conséquences l’augmentation de la délinquance, la consommation accrue de drogues en tout genre par la jeunesse, etc.
Prenant la parole, le président Keïta a précisé que le grand défi est de sauver notre nation, menacée dans ses fondements par une guerre imposée à nous à cause de cette catastrophe libyenne. En réponse aux demandes légitimes de la jeunesse, le chef de l’État a assuré que le plan présenté et la vision qui le porte vont dans la bonne direction. Concernant le problème du chômage, il a rassuré : «Les jeunes doivent être en emploi, en plein emploi. Mais pour se développer, il faut la paix. Pour cela, nous ferons tout pour vous remettre un Mali en bon État qui aura recouvré la souveraineté pleine et entière sur l’ensemble de son territoire», a dit Ibrahim Boubacar Keïta. Car, a-t-il insisté, «nous avons le devoir de faire en sorte que la jeunesse aille au bout de tout son potentiel, émerge et s’affirme à travers le monde. C’est pourquoi, j’ai dédié ce mandat à vous jeunes».

Par rapport à la sécurité, le président de la République a, tout en précisant que le chemin à parcourir reste encore long, rappelé les efforts louables accomplis pour la requalification de notre armée.
Il a, par ailleurs, promis que les auteurs de tous les crimes odieux, leurs commanditaires, ceux qui tirent les ficelles et qui se croient à l’abri, seront recherchés et traduits devant les juridictions compétentes.
Le chef de l’État a également reçu le ministre mauritanien de l’Intérieur et de la Décentralisation. Mohamed Salem Ould Merzoug a, aux termes de séances de travail avec le ministre de la Sécurité et de la Protection civile et celui de l’Administration territoriale et de la Décentralisation ayant «permis de passer en revue les mécanismes de sécurité collective beaucoup plus affirmée dans un cadre solidaire», a rendu une visite de courtoisie au président de la République pour lui réaffirmer le soutien et la solidarité de son frère et ami, le président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Ghazouani.
C’est le Groupement professionnel des agences de communication (GPAC) qui avait ouvert le bal de cette série d’audiences. Le  président Sidi Danioko et ses collègues, accompagnés du ministre en charge de la Communication, étaient venus présenter leur bureau au président de la République. Ils en ont profité pour réaffirmer leur «reconnaissance aux autorités à travers lesquelles nous avons un cadre légal pour exercer la publicité», a déclaré le patron de Spirit-McCann, à sa sortie d’audience. En la matière, le GPAC dit avoir des projets devant permettre l’assainissement du secteur et la professionnalisation des acteurs afin d’aller vers un renouveau de la publicité au Mali, a soutenu Sidi Danioko.

Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse