Mali : Fin de règne des «trois» à Koutiala

0
248

Ils formaient un réseau bien organisé dans le vol à main armée et la mise sur le marché d’engins à deux roues. Excédée, la population a fini par collaborer avec la police pour démanteler cette bande criminelle

Le nommé AT est suspecté par la police d’être un receleur sans scrupule. Ses complices FK alias « Fah » et AD sont de présumés voleurs d’engins à deux roues, prêts à en découdre avec leurs victimes pour avoir ce qu’ils recherchent. Ce trio est entre les mains de la police depuis un moment. Il est suspecté d’avoir formé un réseau de malfrats dans la Commune rurale de Sincina (Région de Koutiala) dans le seul but de déposséder les paisibles citoyens de leurs engins à deux roues, les mettre en pièces détachées avant de les écouler sur le marché noir.

Les trois individus dont il est question ont entre 30 et 65 ans. Mais en dépit de leurs âges relativement avancés, ils ont choisi de vivre dans l’illégalité dans une région pourtant propice à l’agriculture et à l’élevage. Ils ont un modus opérandi bien rodé. Ils se retirent dans des endroits relativement isolés, attendant de probables victilmes. Une fois en face de celles-ci, ils les menaçent, soit avec des houes, des dabas soit avec d’autres objets pouvant entraîner la mort. Dans la plupart des cas, leurs opérations se terminent avec succès. Mais chaque chose a une fin.

Sauf extraordinaire, ils vont devoir répondre des faits qui leur sont reprochés. Leurs dossiers ont été déjà diligentés par le commissaire proncipal Yamadou Goumané pour les renvoyer chez le juge de la localité aux fins de droit. Ce trio a été coincé dans son antre quelque part dans la Commune rurale de Sincina, aux environs de Koutiala. Cela s’est passé il y a quelques semaines à la suite d’une déscente policière.

Dans la pratique, les trois malfrats n’avaient pas bonne presse auprès des populations. La cause. Il semble que la liste de leurs victimes ne faisait que s’allonger de jour en jour. Chose qui a motivé cette même population à collaborer avec les limiers pour qu’ils puissent débarasser la localité de ces éléments gênants. L’opération policière s’est passée dans la nuit du 27 au 28 juin dernier.
Le capitaine de police Victorien Diallo et ses éléments de l’unité des recherches disposaient déjà du maximum de renseignements sur les malfrats qu’ils avaient déjà localisés. Cette nuit-là, les policiers n’ont donné aucune chance aux deux principaux initiateurs des attaques à main armée. Ils ont été littéralement coincés dans leur repaire alors qu’ils avaient en leur possession deux motos dont une quasiment mise en pièces détachées. à la suite de la perquisition menée dans l’immédiat, les limiers ont mis la main sur des façades, des clefs de démarrage d’engins à deux roues et de nombreux autres accessoires de motos volées.

La main dans le sac, les deux bandits ont été conduits dans les locaux du commissarait de police pour audition. Ils ne pouvaient qu’avouer les faits. Mieux, ils ont même collaboré en citant le nom de leur receleur, le sexagéniare AT, qui sera à son tour mis aux arrêts quelques heures plus tard. Comme ses deux complices voleurs, le receleur non plus n’a pu que reconnaître sa part de responsabilité dans le fonctionnement de ce réseau.

Face aux preuves accablantes, les policiers ont mis la dernière main sur le dossier des trois pour les mettre à la disposition du parquet de Kouitala. Pallèlement, les enquêtes se sont poursuivies avec l’espoir de mettre la main sur d’éventuels complices. Entre- temps, les proprétaires des deux motos retrouvées ont été appelés pour récupérer leurs engins.

Tamba CAMARA

Laisser une réponse