Koutiala : LA NOUVELLE LOI ÉLECTORALE EXPLIQUÉE AUX PARTIS POLITIQUES

0
388

Pour informer les partis politiques sur les modifications intervenues dans la loi électorale en vue de la présidentielle du 29 juillet 2018 et les inviter à diligenter le choix de leurs représentants pour les différentes commissions et sous-commissions qui seront mises en place, une rencontre d’information et d’échanges s’est tenue jeudi dernier à Koutiala. Elle était présidée par le 1er adjoint au préfet de Koutiala, Cheick Sylla.
Dans ses propos liminaires, celui-ci a remercié les représentants des différents partis pour leur présence et l’intérêt qu’ils ont accordé à la rencontre, à travers un déplacement massif. Il a ensuite abordé les modifications apportées à la loi électorale n° 2016-048 du 17 octobre 2016 qui ont abouti à l’adoption de la nouvelle loi n° 2018-014 du 23 avril 2018. Cette nouvelle loi détermine le rôle des différents acteurs en charge de l’organisation du scrutin (avant, pendant et après).
Cheick Sylla a rappelé que l’organisation matérielle et technique des opérations de vote est uniquement l’affaire du ministère en charge de l’Administration territoriale. Il est assisté d’une commission nationale de centralisation composée, notamment des représentants des partis de la majorité et de l’opposition. Sa mission est de transmettre au ministre de l’Administration territoriale, le récapitulatif des résultats du vote comportant la signature des membres de la commission. Ensuite, le ministre totalise les résultats des procès-verbaux des opérations de vote et proclame les résultats provisoires du scrutin 5 jours après sa tenue. Après le ministre transmet, sans délai à la Cour constitutionnelle, les résultats provisoires accompagnés des procès-verbaux. Quant à la DGE (Délégation générale aux élections), elle est chargée de la gestion du fichier électoral et de la répartition de l’aide publique aux partis politiques. Pour ce qui est de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), elle est chargée de la supervision des opérations de vote.
S’agissant de la Cour constitutionnelle, elle proclame les résultats définitifs des élections. Après ces explications, une série de questions de compréhension et d’éclaircissement a été posée par les représentants des partis politiques et des réponses apaisées ont été données par Cheick Sylla. Celui-ci n’a pas manqué de signaler que la nouvelle loi électorale connait beaucoup d’innovations comme la fixation d’un délai de 6 mois pour le changement de lieu de vote, la suppression du vote par anticipation des militaires, le vote par procuration pour les électeurs qui n’ont pas la possibilité de se déplacer, le parrainage des candidats à la présidentielle avec 5 conseillers municipaux par Région ou 10 députés.
Ibrahim DEMBÉLÉ
AMAP – Koutiala

Laisser une réponse