La résilience du secteur agroalimentaire

0
148

«Les marchés alimentaires seront confrontés à de nombreux mois d’incertitude supplémentaires en raison de la Covid-19, mais le secteur agroalimentaire devrait faire preuve de plus de résilience à la crise pandémique que d’autres secteurs», rassure un rapport de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur les perspectives alimentaires, publié le 11 juin dernier. Les conclusions font état de prévisions à la hausse de l’offre, de la demande et du commerce mondial de céréales au sortir de la campagne 2020/2021.

La FAO prévoit, en 2019-2020, une baisse de la production mondiale de sucre en dessous du niveau jaugé de la consommation mondiale. Une première depuis trois ans. Pourtant, le commerce du sucre devrait croître, soutenu par des prix bas et la reconstitution des stocks dans certains pays importateurs traditionnels. «Jusqu’à présent, l’attente d’un déficit de production mondiale de sucre pour la saison 2019/20 n’a guère contribué à soutenir les prix internationaux du sucre, qui chutent depuis la mi-2017, et sont inférieurs aux coûts de production estimés pour la grande majorité des producteurs mondiaux», constate le rapport.

Comme le sucre, la production mondiale totale de viande devrait chuter de 1,7% en 2020 en raison de maladies animales, de perturbations du marché liées à la Covid-19 et aux effets persistants des sécheresses.

Par contre, la production mondiale de lait fait preuve de résilience, avec une augmentation attendue à 0,8% en 2020. Les exportations mondiales de produits laitiers, elles, devraient réduire de 4%, alors que la demande d’importation cède. Les prix mondiaux de la viande ont chuté de 8,6% par rapport à janvier 2020, avec la plus forte baisse pour les viandes ovine et de volaille.
Du côté des cultures oléagineuses et les produits dérivés, les dernières prévisions de la FAO pour 2019/20 tendent vers un resserrement de l’offre et de la demande mondiale. Cette situation est provoquée par une contraction marquée de la production. Toutefois, malgré les incertitudes de la pandémie, nuance le rapport qui évalue l’offre et la demande mondiales des principaux produits alimentaires, les premières prévisions de la FAO pour la campagne 2020 tablent sur une production céréalière pouvant dépasser de 2,6% le record de 2019.

En conséquence, le commerce mondial des céréales au titre de la campagne 2020/2021 devrait s’établir à 433 millions de tonnes. Cette prévision qui colle à une hausse de 9,4 millions de tonnes par rapport à 2019/2020, serait stimulée par l’expansion attendue du commerce de toutes les principales céréales.

Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse