L’ambassadrice du Danemark à la Primature : ÉCHANGES AVEC LE PREMIER MINISTRE SUR LE PROJET INCLUSIF

0
447

Ce projet a été financé par plusieurs partenaires dont le FIDA, le Danemark et le Canada


Le Premier ministre, Dr Boubou Cissé, a accordé une audience vendredi dans l’après-midi à la Primature, à l’ambassadrice du Royaume du Danemark au Mali, Mme Marianne Kress. La diplomate était accompagnée du chargé de programmes pour le Mali et le Cap-Vert de la division Afrique de l’Ouest et du Ccentre du Fonds international de développement agricole (FIDA), Jean Pascal Kaboré.
La rencontre s’est déroulée en présence du ministre de l’Agriculture, Moulaye Ahmed Boubacar et de sa collègue de la Promotion de l’investissement privé, des Petites et moyennes entreprises et de l’Entreprenariat national, Mme Safia Boly.
A sa sortie d’audience, la diplomate danoise a confié que les échanges avec le Premier ministre ont porté sur le Projet inclusif, qui venait d’être lancé avec un financement du FIDA, du Canada et du Danemark.
« L’objectif de ce projet est assez ambitieux. La lutte contre la pauvreté est au cœur de ce projet et surtout le renforcement et la mise en valeur de la production agricole en la mettant en lien avec le secteur privé », a expliqué Marianne Kress, soulignant qu’il y a également un appui au secteur de la micro finance.
Toujours selon l’ambassadrice du Danemark au Mali, les ménages ciblés par le projet sont notamment les exploitations familiales des régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou et Mopti. Le coût total du Projet inclusif est de 58 milliards de Fcfa, financé à hauteur de 20 % par le Royaume du Danemark.
Pour sa part, le responsable de la division Afrique de l’Ouest et du Centre du FIDA, Jean Pascal Kaboré a indiqué que le projet cible environ 400.000 ménages dans les cinq régions couvertes pour une durée de 6 ans. Il convient de rappeler que le Projet de financement inclusif des filières agricoles est une initiative du gouvernement du Mali et de ses partenaires (FIDA, Royaume du Danemark, Canada) pour promouvoir une transformation durable des filières agricoles, en améliorant l’inclusion financière et le partenariat économique entre acteurs depuis les groupes démunis, jusqu’aux petites et moyennes entreprises agricoles et agro-alimentaires.
Aboubacar TRAORE

Laisser une réponse