Showbiz : Le monde s’effondre

0
675

Après l’éclatement de la crise au Mali, début 2012, des artistes et des acteurs culturels de tous bords ont multiplié les initiatives et les créations pour valoriser la diversité et promouvoir la paix. Rempart essentiel contre l’intégrisme, la culture a joué un rôle majeur dans la construction d’une paix durable. En dépit de la crise, le showbiz malien connaissait, une relative embellie grâce à l’ingéniosité et surtout à l’instinct de survie de ses acteurs. Un mince espoir sur le point d’être enterré par les mesures préventives prises contre le Covid-19.

Les artistes, les hôteliers, les agences de voyage, les entrepreneurs culturels, les promoteurs d’espace de loisirs… Voilà autant de victimes collatérales des mesures préventives prises par le gouvernement afin d’éviter la propagation du coronavirus dans le pays. Dans les différents secteurs du showbiz, on essaye d’amortir le choc des pertes financières tant bien que mal en espérant sur un appui de l’état à travers des ajustements fiscaux ou des subventions. Et comme attendu, le président de la République a annoncé des mesures d’accompagnement dans un message à la nation prononcé dans la soirée du 10 avril 2020. Mais, il faut vite aller au-delà de l’annonce pour agir de façon efficiente sinon le coronavirus va assommer un secteur chancelant car sérieusement ébranlé par la crise sécuritaire à laquelle le pays fait face depuis près de deux décennies.

Moussa BOLLY

Et cela d’autant plus qui, au niveau des activités culturelles et artistiques, ces mesures préventives viennent au très mauvais moment parce que beaucoup de grands événements pointaient à l’horizon, notamment les festivals. Et pour de nombreux organisateurs, «ces mesures sont comme un coup de massue». Eut égard au fait qu’ils étaient à un stade où beaucoup de dépenses étaient déjà engagées pour financer les différentes initiatives.
«Les pertes financières sont énormes puisque ces mesures ont été prises au début d’une période de grande sollicitation. Nous sommes à la veille du Ramadan, donc une période de mariage à gogo. Ce qui suppose également beaucoup de recettes car les artistes et les cantatrices sont très sollicités», relève le promoteur de «Doussou Souma Sono», une agence de location d’instruments de musique et de matériels de sonorisation.
«Nous étions récemment attendus à Niagasola, en République de Guinée, pour un festival. Un événement reporté à cause du coronavirus», ajoute notre interlocuteur. Et de préciser : «même en période creuse, nous pouvions compter sur au minimum une sortie dans la semaine pour des recettes de 30 000 à 50 000 Fcfa».
Le promoteur de «Doussou Souma Sono» indique que son personnel de Doussou Souma Sono est déjà dans la galère puisque ce sont des jeunes qui, comme les artistes avec qui ils travaillent, pensent rarement à économiser pour des lendemains difficiles.
Quant au promoteur d’Africa Scène (organisatrice de Bam’Art), Abou Djitteye, il avoue (dans un reportage diffusé sur l’ORTM le lundi 13 avril 2020) avoir mis en chômage ses 50 agents. Selon Alioune Ifra Ndiaye, le président de la Fédération des artistes du Mali (Fedama), «la communauté des artistes et des acteurs culturels du Mali» s’attend à «des moments difficiles suite aux mesures prises au Mali et à l’internationale pour lutter contre la pandémie du coronavirus».

LE COUP DE GRÂCE- Selon une première estimation, le manque à gagner pour le secteur des arts et de la culture entre mars et septembre 2020 s’élève à près de 1,5 milliard de Fcfa. Si les membres de la Fedama disent comprendre la nécessité de ces mesures, ils ont insisté (dans une «Lettre ouverte» adressée au président de la République le 18 mars 2020) à ce que leur «situation ne soit pas gérée comme pendant la crise de 2012, c’est-à-dire : RIEN» !
Justement, le showbiz malien tentait bien que mal de se relever de cette crise qui remonte plus loin que 2012, mais dont les effets ont été aussi désastreux. «Le showbiz malien est au ralenti depuis les événements de 2012. Néanmoins, les quelques stars internationales bien connues continuent d’honorer des contrats à travers le monde», souligne Idrissa Soumaoro, professeur de musique qui, en plus de sa carrière solo, est aussi sociétaire du groupe «Les Ambassadeurs». Et il trouve que «de rares acteurs culturels font de leur mieux malgré le climat d’insécurité au Mali et la pauvreté criante des Maliens. Des festivals se passent partout où cela est possible. Ce qui est une bonne chose pour tout le monde».
Mais, «il n’est pas aisé d’organiser un festival, surtout de reggae dans notre pays. Aujourd’hui, pratiquement, personne ne veut nous tendre la main. Et pourtant, ailleurs, le reggae bénéficie de toutes les aides possibles», déplore Aminata Sangaré dite «Queen Mamy», la présidente de la commission d’organisation de «Mali Festi Reggae» dont la 15è édition a eu lieu le 29 février 2020.
«Nous nous battons depuis 15 ans déjà  et le festival est très célèbre à l’extérieur du Mali. Nous parvenons encore à tenir et à relever le défi grâce à l’aide de nos parents, de leurs amis et de nos amis ainsi que de certaines bonnes volontés. Si les autorités maliennes pouvaient enfin s’impliquer plus dans sa pérennisation, cela ne peut être que bénéfique pour nous et pour le Mali», pense Mariam Sangaré dit Sista Mam, la reggae-woman qui est l’initiatrice de Mali Festi Reggae.

DYNAMIQUE CONTRARIÉE- «Le show-biz est en construction au Mali. Il n’est pas véritablement encore en place. Cette dynamique de construction a été bouleversée par les événements de 2012 et le passage de la consommation culturelle en tout digital», analyse Alioune Ifra Ndiaye, entrepreneur culturel (Blonba) et président de la Fédération des artistes du Mali. Ainsi, souligne-t-il, «un travail d’adaptation» était en cours avant le Covid-19 avec de «jeunes pousses» (artistes, managers, techniciens, communicateurs et ingénieurs culturels) très dynamiques. «Malgré la crise, le travail se poursuivra car le ministère de l’économie numérique et de la Prospective a compris les enjeux.
Nous allons dans les mois et les années à venir travailler en phase avec ce département pour construire un environnement législatif, technique et humain propice à un showbiz digital économiquement viable au Mali et dans la sous-région», précise M. Ndiaye.
Son optimisme se nourrit aussi d’atouts indéniables. En effet, comme il le rappelle si bien, 80% de notre population ont moins de 40 ans, 75 % moins de 25 ans, 50% moins de 15 ans. La grande majorité des Maliens a donc «soif et faim des arts urbains du Mali… Il suffit d’assister aux différents concerts de rap et aux spectacles des humoristes pour le constater». En effet, en cette période de vaches maigres où la crise sécuritaire a failli donner le coup de grâce à un showbiz sérieusement affecté par la piraterie, les rappeurs et les humoristes sont généralement ceux qui continuent à faire salle comble.
«Le showbiz malien traverse une période très difficile. Aujourd’hui, à part quelques festivals (Festival sur le Niger, Fesicauris de Siby, Festival de Sélingué, Festival Didadi de Bougouni, Festival Ciné ados qui a désormais une forte dose musicale…), la centaine de festivals à travers le pays n’existe plus. Et, avec leur disparition, c’est un circuit de tournées qui a pratiquement disparu pour certains acteurs du showbiz national», commente Assane Koné, journaliste culturel.

Une seule hirondelle- «Même les grands concerts qui étaient légion à Bamako, ont fini par disparaitre du paysage culturel malien. Certes, il y a cette initiative de Bama’Art qu’il faut saluer avec ses programmations mensuelles qui tentent de combler un vide. Mais, soyons clairs, une seule hirondelle ne fera jamais le printemps», ajoute-t-il.
Du coup, déplore notre confrère, «nombreux sont les artistes et entrepreneurs culturels maliens qui n’arrivent plus à voir la queue du diable pour la tirer. Sauf quelques privilégiés qui arrivent à décrocher des contrats à l’international». Et d’enfoncer le clou en rappelant qu’on ne «parle presque plus de producteurs au Mali. Ou, s’il y a des producteurs, ils ne sont que de nom parce qu’ils ne produisent plus. Les artistes qui refusent de mourir de faim sont rentrés dans la logique d’autoproduction. Et, là comme l’objectif n’est pas de vendre des disques ou des cassettes, ils sont aujourd’hui devenus des experts dans la production de single dans l’espoir de faire le buzz pour décrocher quelques contrats lors des manifestations publiques».
Il faut rappeler que l’expression showbiz ou «show business» remonte aux années 1930. Elle a été ensuite véhiculée par les médias et la littérature. Si le mot est passé un peu de mode, l’immense poids économique et populaire qu’il recouvre n’a jamais été aussi présent.
Par extension, l’industrie du spectacle désigne l’ensemble de ceux qui gravitent dans cet environnement, qu’ils se nomment vedettes, idoles ou célébrités. D’une façon générale, l’expression «industrie du spectacle» ou showbiz recouvre l’ensemble des secteurs du divertissement, mais plus particulièrement le cinéma, la musique, le théâtre, les spectacles de scène et du music-hall, la télévision, le cirque et, plus récemment, la mode et le sport.

 

LA CULTURE MÉRITE MIEUX

«L’accompagnement de l’état est effectif, mais insuffisant. Nos autorités peuvent mieux faire surtout qui, en période de crise, les arts et la culture sont les meilleures vitrines pour maintenir voire rehausser l’image du pays», souligne Idrissa Soumaoro.
«Les acteurs culturels concrets du Mali ne sont pas visibles dans les institutions du pays. De temps en temps, nous jouons les rôles de figurants dans certaines opérations de communication.
Et pourtant, la culture est le secteur qui a le mieux tenu dans la crise. Elle a tenu contre le marasme économique, l’intégrisme religieux qu’on voudrait nous imposer, l’ethnicisation du pays, contre le rôle rétrograde culturel qu’on veut lui faire jouer dans l’installation de la défiance dans notre corps social», affirme Alioune Ifra, président de la Fedama.
«Même s’il veut, l’état ne pourrait pas efficacement nous soutenir avec l’organisation actuelle de notre environnement culturel. D’abord, ce qui est présenté comme le budget alloué à la culture est en réalité le budget de fonctionnement de l’administration publique de la culture. Tant que cette vision autocentrée de l’administration publique de la culture n’est pas améliorée, l’Etat restera en incapacité d’accompagner la communauté des artistes et des acteurs culturels du Mali», déplore-t-il. Heureusement, se réjouit le promoteur de Blonba, «les partenaires techniques et financiers ont relativement comblé le gap». Sans compter que la Fedama qu’il préside est en train de faire une proposition à l’état pour «réorganiser de manière systémique l’environnement de la culture».
Sous le nom de «Initiative pour la Culture», cette proposition contient la mise en place d’un marché intérieur de la culture en lien avec 70 collectivités locales ; un statut pour l’artiste et l’acteur culturel pour lui permettre d’être visible par les outils modernes de la solidarité comme l’AMO et l’INPS ; une assurance spécifique pour les organisateurs d’événements culturels et artistiques pour les protéger contre les situations exceptionnelles comme par exemple les deuils ou la pandémie du coronavirus…
Une initiative salvatrice qui mérite d’être soutenue à tous les niveaux. Et cela d’autant plus que ce n’est pas le potentiel qui fait défaut au pays pour faire du showbiz un solide pilier du développement socio-économique et culturel du Mali.
«Les artisans, les artistes et les autres créateurs ne manquent pas d’idées au Mali. Beaucoup de talents dorment encore dans ce pays où ils sont nombreux ceux qui préfèrent garder leur dignité en préservant leurs valeurs culturelles. Ce qui leur manque, c’est le mécanisme de financement de la concrétisation de ces idées», soutient Aly Daou, chef de la section culture du bureau de l’Unesco à Bamako.
Il faisait partie d’un panel d’experts sur la «Créativité» lors de la 10è édition du Festival Daoulaba (Rencontres autour du coton) en décembre 2019. Pour M. Daou, les acteurs du showbiz doivent fédérer leurs efforts pour «convaincre l’état et les Partenaires techniques et financiers d’initier des mécanismes de financement innovants pour la promotion et le développement de leurs secteurs». C’est une condition sine qua non pour que le showbiz malien soit assez compétitif.

M. B.

Laisser une réponse