Le Premier ministre à Nouakchott : AU NOM DE LA SÉCURITÉ COLLECTIVE

0
559

Le chef du gouvernement était porteur d’un message du président Keïta à son homologue mauritanien


Après l’Algérie, le Maroc, le Burkina Faso, le Niger, la Côte d’Ivoire et le Sénégal, le Premier ministre poursuit sa tournée régionale pour renforcer la coopération sécuritaire et promouvoir un climat de coopération favorable à nos entreprises. Cette visite de Soumeylou Boubèye Maïga a été essentiellement focalisée sur les enjeux sécuritaires. En effet, sans la sécurité, aucun développement n’est possible dans nos Etats. Porteur d’un message du président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta à son homologue mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, le chef du gouvernement était accompagné de plusieurs membres du gouvernement.
Nouakchott, 30°C, journée très ensoleillée, Soumeylou Boubèye Maïga a été accueilli à l’aéroport par son homologue mauritanien, Yahya Ould Haddemine. Les deux personnalités ont eu un tête-à-tête, avant de se rendre au palais présidentiel où l’hôte a été reçu par le président mauritanien. A sa sortie d’audience, le Premier ministre s’est dit très satisfait de son entrevue avec le président Mohamed Ould Abdel Aziz. Selon lui, le chef d’Etat mauritanien est un leader qui partage la même vision que «son frère» Ibrahim Boubacar Keïta. En effet, les deux chefs d’Etat ont toujours clamé une mutualisation des efforts pour combattre le terrorisme. Le Premier ministre a précisé qu’il était «porteur d’un message du président Keïta auprès de son ami et frère, le président Aziz» qui lui a «chargé de transmettre ses sentiments de fraternité et d’amitié». «Il m’avait chargé, a poursuivi le chef du gouvernement, de faire la situation du Mali en particulier sur tout ce qui concerne les questions relatives à la mise en œuvre de l’accord de paix vis à vis duquel le président a un engagement que tout le monde connaît». Soumeylou Boubèye Maiga a pertinemment rappelé qu’en 2014 «lorsque nous avions connu la situation (conflictuelle) à Kidal, il s’était déplacé jusque là-bas pour réconcilier les parties et permettre de créer un climat d’apaisement qui avait permis de mettre fin aux violences». «La sécurité de nos deux pays est indissociable», a insisté à nouveau le visiteur, mettant en avant le fait que «tout ce qui touche à la sécurité d’une partie de notre zone a forcément un impact sur les voisins». Il a également rappelé que «nous sommes tous deux membres du G5 Sahel dont nous avons été les précurseurs et qui, aujourd’hui, apparaît pour tous comme l’outil le plus pertinent que nous ayons pour notre sécurité collective». Avec le président mauritanien, le Premier ministre a aussi fait le point de la coopération bilatérale et les domaines sur lesquels les deux pays souhaitent aller beaucoup plus loin. Il s’agit, notamment des domaines de l’énergie, du commerce et des transports. «Nos opérateurs auront des échanges pour exploiter autant que possible les opportunités que le port mauritanien nous offre pour accroitre nos flux économiques d’échanges et réduire notre dépendance ailleurs», a déclaré M. Maiga qui espère «des relations à la hauteur de la qualité des liens historiques qui existent entre nos deux pays».
En effet, notre pays qui s’est lancé dans un vaste chantier de redynamisation de ses vecteurs de ravitaillement doit diversifier ses sources d’approvisionnement tout en garantissant la fluidité du trafic. Pour Babalaye Daou, président du Conseil malien des chargeurs, qui accompagnait le chef du gouvernement, il est grand temps que notre pays arrive à «faire de sa continentalité un atout». Pour ce faire, il est indispensable de diversifier les ports de ravitaillement pour ne plus souffrir des éventuelles crises diplomatiques ou sécuritaires. Dans les faits, le Mali et la Mauritanie sont de partenaires de longue date. Liés par la géographie, l’histoire et la culture, les deux pays, à leur corps défendant, ont dû mener des opérations militaires tout au long de leur frontière commune pour y chasser des terroristes et des bandits armés.
Avant de quitter la capitale mauritanienne, les deux délégations ont animé une séance de travail sur l’état de la coopération économique. Le président du Conseil malien des chargeurs, Babalaye Daou et son collègue du Patronat se sont félicités des engagements pris par les deux parties dans le sens de l’amélioration du climat des affaires.
Envoyé spécial
Ahmadou CISSÉ
 
DES CONTACTS BILATÉRAUX PROMETTEURS
En marge de cette visite du Premier ministre, bien de contacts utiles ont été noués sur le plan bilatéral. Juste après l’audience que lui a accordée le président mauritanien, Soumeylou Boubèye Maïga a coprésidé une séance de travail avec son homologue, Yahya Ould Hademine.
Les deux parties ont balisé les pistes d’une coopération dynamique dans les domaines énergétique et commercial. Le ministre de l’Energie et de l’Eau, Malick Ahousseyni, s’est dit particulièrement heureux que le Premier ministre ait pu négocier une augmentation d’offre de fourniture d’électricité de 60 Mégawatts, contre 20 précédemment annoncés. Cela, de son point de vue, permettra à l’EDM de booster sa capacité de couverture du service public de l’électricité. Pour aller vite, Il a annoncé qu’il dépêchera une mission de techniciens dans les meilleurs délais pour concrétiser ce projet.
Même sentiment de satisfaction pour le président du Conseil malien des chargeurs à qui les autorités mauritaniennes ont promis un lendemain radieux en termes de facilités de charge au port. Le Premier ministre a aussi visité un centre médical spécialisé dans le traitement du cancer. Ce pôle d’excellence médical est une réussite sous régionale dont le ministre de la Solidarité et de l’Action humanitaire, Hamadoun Konaté, s’est dit fier. Pour lui, il sera profitable pour nos deux pays de créer un cadre de collaboration sanitaire afin de profiter des meilleurs soins et à un coût raisonnable.
C’est dire qu’à tout point de vue, Soumeylou Boubèye Maïga aura fait œuvre utile en se rendant à Nouakchott, avant dernière étape d’une série de visites régionales qui le conduira, dans les prochains jours, en Guinée Conakry.
A. C.

Laisser une réponse