Le saviez-vous ?: Van Vollenhoven lutta contre la mobilisation des africains pendant la grande guerre

0
936

Au Centre commercial en Commune III du District de Bamako, une voie bitumée fut baptisée Van Vollenhoven pendant la période coloniale. Cet homme, aujourd’hui méconnu de la plupart des Maliens, est né le 21 juillet 1877 d’une famille bourgeoise protestante à Rotterdam (une ville néerlandaise). Il passe ses premières années en Algérie où ses parents se sont installés comme colons. Il fait ses études au lycée et à la faculté de droit d’Alger.
Joost Van Vollenhoven est naturalisé Français le 4 février 1899 lorsqu’il avait 22 ans. Après un an de service militaire au 1er régiment de zouaves entre 1900 et 1901, il intègre l’École coloniale dont il sort major de sa promotion  en 1903.
Joost Van Vollenhoven occupe plusieurs postes dans l’administration, notamment celui de secrétaire général au ministère des Colonies, puis directeur des Finances en 1905. Il fait fonction de gouverneur en Guinée Conakry du 16 mai au 25 juillet 1907, puis au Sénégal du 26 août au 15 décembre 1907. Il est aussi secrétaire général de la jeune Afrique Équatoriale française (AEF), créée en 1910.
L’ancien gouverneur de l’Afrique occidentale française (AOF) devient chef de cabinet d’Adolphe Messimy puis d’Albert Lebrun dans les années 1910-1912, avant de partir comme gouverneur général de l’Indochine. En 1912, il reçoit la Légion d’honneur à titre civil. Elle lui sera également décernée à titre militaire par la suite.
Van Vollenhoven a beaucoup lutté contre la mobilisation des Africains pendant la 1ère Guerre mondiale (1914-1918). Il est affecté comme capitaine au régiment d’infanterie coloniale du Maroc (RICM). Il est grièvement blessé d’une balle de mitrailleuse à la tête le 19 juillet 1918 devant la ferme de Mont-Rambœuf, sur la commune de Parcy-et-Tigny, alors qu’il mène sa compagnie lors de l’offensive de la 10è armée du général Mangin. Ramené à l’arrière, il meurt à Montgobert le lendemain matin, 20 juillet.
Le mémorial sous lequel est enterré le capitaine Joost Van Vollenhoven est implanté dans la forêt de Longpont, à Montgobert.
Sur le mausolée, œuvre de la sculptrice Anna Quinquaud, figure la citation à l’ordre du RICM et sa propre citation à l’ordre du régiment, décernée le 28 juillet 1918 par le général Mangin en ces termes : «Officier d’une valeur et d’une vertu antiques, incarnant les plus belles et les plus solides qualités militaires, mortellement frappé au moment où, électrisant la troupe par son exemple, il enlevait une position ennemie opiniâtrement défendue.
À placer au rang des Bayard et des La Tour d’Auvergne, et à citer en exemple aux générations futures, ayant été l’un des plus brillants parmi les plus braves».

Madiba KEITA

Laisser une réponse