Le socle éternel des groupes d’âge

0
134

Les femmes et les hommes d’honneur qui font la fierté du Mali d’aujourd’hui ont été à bonne école. En effet, les groupes d’âge encadrent tous les enfants de Maliba, jusqu’à l’adolescence. Je voue le même respect et la même considération au père, à la mère, à tous les autres parents de mon frère de groupe d’âge. Il est mon «flan tchiè», il est «un autre moi-même». Mon «filana», mon ombre, pendant toute la vie.
Les jeux de vérité et autres jeux de groupe démontrent à longueur de journée que je place l’honneur de ma famille, de mon village, du Mali au dessus de tout. Le groupe d’enfants n’hésite pas à jurer à tue-tête sur une cola rouge à ne jamais mentir toute leur vie. L’index pointé en l’air, tous prennent à témoin LE CRÉATEUR SUPRÊME, QUI VOIT TOUT, QUI ENTEND TOUT. Ils prêtent dans leur langue maternelle ce serment : «Je jure de ne jamais mentir. Je dirai en toutes circonstances heureuses ou malheureuses la VÉRITÉ, RIEN QUE LA VÉRITÉ». Autrement dit : «Croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer».
Être conscient de ne pas être à la hauteur de ses responsabilités pour mériter la confiance des agriculteurs, pêcheurs, éleveurs, et ne pas démissionner est assimilable au mensonge. L’air du temps ne rassure pas sur la résilience de certains hommes politiques, opérateurs économico-financiers, leaders d’opinion.
Il est avéré maintenant à travers les dizaines de dossiers de dénonciation déposés sur le bureau du juge anti-corruption, que beaucoup de cadres chargés des programmes socio-économiques accordent la priorité à la satisfaction de leurs turpitudes et leurs fantasmes.
Ne faut-il pas désormais se renseigner sur l’enfance et l’adolescence des nominés aux hauts postes civils et militaires au Mali ? Les relations rudes ou amicales au sein des groupes d’âge forgent l’esprit et le cœur des enfants et des adolescents dans les villages et les fractions. Sur l’ensemble de notre territoire, la soumission aux règles en vigueur dans les groupes d’âge, impriment à jamais en eux des valeurs morales d’airain.
En souvenir des jeux de groupe des adolescents dans les communautés maliennes, je propose de changer le mode de désignation des candidats aux différentes élections (présidentielle, législative, municipale) dans notre pays. Pourquoi ne pas soumettre les candidatures à la validation des conseils de sages réunis dans le vestibule du chef de quartier dans les villes, du chef de village dans les localités natales et de résidence des candidats ? Cette enquête de moralité est véridique.
Ainsi la charité comme disent les Anglais, ne commencera plus dans la seule famille de l’élu ingrat, qui aura réussi à berner ses honorables voisins.
Les sages auraient, au préalable, recueilli dans les familles de précieuses indications à travers la chaîne des générations successives de groupes d’âge. Il est temps de consommer malien en politique. Dès maintenant, les électeurs ne doivent-ils pas se protéger contre les comportements désinvoltes de certains élus, qui deviennent des parjures dès le lendemain de leur victoire ? Le droit traditionnel de nos communautés est éminemment positif.
Il est capable de résorber les nuisances sociales et économiques des conflits inter communautaires qui font tanguer le Mali.

Sékou Oumar DOUMBIA

Laisser une réponse