L’épilepsie : traitement long et exigeant

0
513

Pr Youssoufa Maïga

L’épilepsie est une pathologie très fréquente qui est liée à un dysfonctionnement des cellules nerveuses, une hyperactivité synchrone, c’est-à-dire que les cellules nerveuses vont se mettre à s’activer de manière synchrone. C’est la traduction clinique d’une hyperactivité neuronale. Il existe plusieurs types, selon les spécialistes. Mais ceux-ci peuvent être liés soit à la région du cerveau qui est touchée, soit à la topographie et simplement à l’étiologie.
D’après le Pr Youssoufa Maïga, chef du service neurologie au Centre hospitalo-universitaire Gabriel Touré, c’est une maladie très répandue qui touche environ 1 à 2% de la population au Mali. Le neurologue précise que la gravité de cette maladie est liée au fait qu’elle touche les deux extrêmes, c’est-à-dire, les enfants et les sujets âgés. L’épilepsie sévit plus dans les pays en voie de développement, notamment les pays pauvres que dans les pays développés. Le grand maître des sciences neurologiques affirme aussi que les épilepsies étaient beaucoup plus fréquentes en Afrique, parce que nous avons une grosse proportion d’épilepsies symptomatiques. Nous avons beaucoup de maladies dans nos régions qui provoquent des épilepsies telles que le paludisme, la méningite. Surtout les enfants qui naissent des accouchements difficiles peuvent avoir des lésions cérébrales avec des épilepsies. Par ailleurs, le praticien hospitalier souligne qu’il y aurait plusieurs branches d’épilepsies.  Les épilepsies symptomatiques, c’est-à-dire celles qui sont liées à une cause,  « ça peut être une pathologie tumorale, infectieuse, vasculaire ou inflammatoire », précise-t-il. La cause peut être également idiopathique parce qu’il n’y a pas de lésion du cerveau, l’étiologie est généralement génétique.

A celles-ci, il ajoutera la cause cryptogénique. Dans ce cas, l’étiologie n’est pas connue et reste à déterminer. Selon le toubib, les manifestions cliniques sont liées à la région du cerveau qui est atteinte. Particulièrement la plus classique est celle qui touche les régions motrices qui vont se manifester par des mouvements, des manifestations motrices, l’individu peut se mettre à s’agiter, baver, uriner, perdre les selles, s’enraidir et à perdre conscience.
Le Pr Youssoufa Maïga précisera que ceci est souvent précédé d’un cri. Et c’est la forme la plus connue en Afrique. D’autres régions du cerveau peuvent être touchées, mais vont par contre se manifester par des symptômes beaucoup plus discrets. Le neurologue insiste sur le fait que tout symptôme visuel, moteur, sensoriel voire des troubles du comportement arrivant de manière paroxystique, inopinée et stéréotypée, doit être pris au sérieux parce que pouvant évoquer une épilepsie.
Selon le spécialiste de Gabriel Touré, l’épilepsie est une maladie curable parce que plus de 80% des épilepsies se guérissent. Il soutient que la maladie répond bien au traitement avec des médicaments.
Pour lui, certains examens permettent de diagnostiquer la maladie notamment, l’électroencéphalographie qui est simple et facilement réalisable. Quant au traitement, il repose sur des médicaments accessibles. Mais le neurologue se veut on ne peut plus clair. Dans certains cas, on peut être amené à faire de la chirurgie. Le traitement dure 2 à 5 ans et exige un suivi régulier. Pr Youssoufa Maïga révèle qu’il y a des formes qui se guérissent totalement.

Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse