LES JEUNES EN PREMIÈRE LIGNE POUR LA PAIX

0
306

Les associations de jeunesse de la région de Mopti et leurs sympathisants ont organisé une marche pacifique vendredi dernier. La procession est partie de la Bourse du travail au monument de l’Indépendance. Cette manifestation qui avait pour objectif « de dire halte à la barbarie » a enregistré la présence de l’ensemble des responsables de ces associations, au total 47, et de certains élus (députés et maires) de la 5è région administrative du Mali.
Cette marche, qui était bien encadrée par les éléments du maintien d’ordre, a débuté vers 15 heures devant la Bourse du travail. Des centaines de jeunes marcheurs tenaient des pancartes et des banderoles sur lesquelles l’on pouvait lire : «Paix et Sécurité», «Privilégions le vivre ensemble et la cohésion sociale au Mali». Certains manifestants portaient des écharpes de couleur blanche symbolisant la paix et la fraternité.
La manifestation a pris fin vers 16 heures au pied du monument de l’Indépendance par l’intervention du porte-parole du Collectif des associations des jeunes de la région de Mopti, Adama Diongo. Ce dernier a expliqué que la marche était organisée pour dénoncer l’insécurité, toutes les tueries qui se passent en 5è région. « Depuis trois ans, nous n’arrivons pas à cultiver, à faire la pêche, l’élevage, le commerce. On est aujourd’hui excédé, donc nous sortons pour dénoncer cela », a martelé le leader de la jeunesse. Et l’orateur de lancer un appel aux autorités qu’elles prennent des dispositions idoines afin que les tueries s’arrêtent et que les paysans puissent travailler pendant l’hivernage. Adama Diongo a également saisi l’occasion pour inviter tout le monde à rejoindre cette lutte, qui, selon lui, est commune.
Pour lui, cette marche est une manière de montrer l’unité du peuple malien. « Ce qui se passe aujourd’hui à Mopti comme dans toutes les autres régions du Mali, ce n’est pas un conflit entre les communautés. Nous savons qu’il y a certaines interférences, parce que ça fait des siècles que nous sommes ensemble et on vit en paix et en symbiose », a-t-il affirmé. Mais, selon Adama Diongo, si on en est arrivé là, c’est parce qu’il y a certaines personnes qui trouvent leur compte dans cette triste situation. Il a invité les autorités à tout faire pour extirper ces forces du mal au sein des communautés.
Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse