LES PROMESSES DU CANDIDAT ALIOU DIALLO À TOMBOUCTOU

0
1020

La campagne pour le scrutin présidentiel du 29 juillet prochain n’avait véritablement pas pris son départ à Tombouctou jusqu’à l’arrivée dans la ville, le 12 juillet dernier, d’Aliou Boubacar Diallo, candidat du parti “Alliance Démocratique pour la Paix” (ADP-Maliba). Ce jour-là, Tombouctou a rompu avec son calme traditionnel.
Des colonnes de chameaux, des cortèges de motos et de véhicules étaient à l’accueil du candidat qui a été escorté de l’aéroport à l’Institut des hautes études et recherches islamiques Ahmed Baba (IHERI-AB) où il a tenu un meeting à l’intention des militants ADP de Tombouctou et de Taoudénit.
Chants et danses du terroir ont animé et ont tenu en haleine le public mobilisé. Après un bain de foule, le candidat a été chaleureusement applaudi par une salle archi comble qui a aussitôt entonné l’hymne national. Différents responsables du parti au niveau national, régional et local ont ensuite pris la parole pour confirmer leur soutien au candidat proposé par l’ADP-Maliba et justifier leur choix par des raisons telles le changement, l’alternance, l’espoir de faire revenir la paix et le combat qu’il envisage de mener pour vaincre le chômage et la mal gouvernance.
Après cette succession d’orateurs, ce fut le tour du candidat Aliou Diallo d’avoir accès au chapitre. Il commença par remercier les organisateurs pour la qualité de l’accueil et la forte mobilisation. Il s’est dit surpris de la qualité de l’accueil. Malgré le retard accusé dans l’exécution du programme, les militants sont restés dans la salle, s’est-il particulièrement réjoui. S’adressant à l’auditoire, le candidat a fait la genèse du parti ADP-Maliba qui, au tout début en 2012, était une association soutenant les victimes de la crise. Il dit avoir compris que partout au Mali les problèmes et les difficultés sont presque les mêmes se résumant essentiellement à l’insuffisance alimentaire, l’insécurité, le chômage, le manque de route entre autres. Pour lui, certains problèmes ne doivent pas exister car le pays dispose d’immenses potentialités sylvo-agro-pastorales et d’un son sous-sol riche. Il affirme qu’il a obtenu la confiance et le soutien de certains leaders religieux.
Il garantit, qu’une fois élu, il améliorera la gouvernance et qu’il réalisera des forages, des centres de santé et des écoles. Il se propose de créer dans les 5 ans 1.200.000 emplois et des milliers de PME et PMI à travers le pays, de faciliter le retour des refugiés et de les réinsérer dans la vie économique. Bref, il jure de sortir le Mali de la misère.
MOULAYE SAYAH
AMAP-Tombouctou

Laisser une réponse