Les TIC résistent

0
133

La pandémie du coronavirus a bouleversé toutes les habitudes acquises que l’on croyait jusque-là immuables. Face aux mesures de confinement imposées par les pays gravement touchés (des puissances industrielles à la pointe de la technologie pour la plupart) et autres mesures préventives, les entreprises, les écoles, les bars, les hôtels, les marchés, les restaurants, les salles de jeux ou de sport, les mosquées, les Églises etc. ont dû fermer leurs portes.
La troisième révolution industrielle semble être alors la seule création ou créativité humaine à avoir jusqu’ici résisté à ce choc planétaire qui a infecté plus de 300.000 personnes, dont plus 150.000 en Europe. En offrant par la même occasion des altératives crédibles permettant aux confinés ou non de continuer à s’alimenter, à s’informer, à s’instruire, à travailler, à se soigner, etc. Des besoins essentiels à notre existence dont profite le milliard de personnes confinées dans le monde. Cela, grâce aux Technologies de l’information et de la communication (Tic).
Le ton avait été déjà donné par le génie créateur chinois. Dès les premières heures de l’explosion de l’épidémie, les compatriotes de Mao ont mis l’intelligence artificielle au service de l’humain. Ainsi, a-t-on vu, à l’étonnement général, des drones parcourir les rues pour sensibiliser les populations touchées, dissuader les récalcitrants, servir à manger et du médicament aux malades. Grâce au télétravail, les personnels non essentiels ont pu travailler depuis leur domicile. Pour les résultats que nous savons tous.

Toutefois, le e-commerce, qui a dépassé la barre des 100 milliards d’euros (65.000 milliards de Fcfa) de chiffre d’affaires en 2019 pour atteindre 103,4 milliards, selon la Fédération de l’e-commerce (Fevad), est le « grand gagnant de la crise du coronavirus ». L’on se rappelle que pour faire face à l’explosion de la demande de marchandises, notamment en Europe, le géant américain de vente en ligne avait annoncé le recrutement de 100.000 employés supplémentaires.
En début de semaine, le parisien, TICsanté, rapportait que « le nombre de rendez-vous pris pour des téléconsultations vidéo a été multiplié par 18 sur la plateforme Doctolib au cours du dernier mois », citant une intervention du fondateur de cette structure, Stanislas Niox-Chateau, le 18 mars.
En la matière, le sport est essentiel pour aider les confinés à supporter le choc psychologique. Ainsi, pour continuer à assurer ce service à leurs clients en ces temps d’immobilisme imposés aux citoyens, les salles de sports proposent une continuité de service avec des vidéos « maison » sur Facebook.
Toute chose qui permettra aux apprenants d’avoir de bonnes dispositions psychologiques pour assimiler leurs cours. Car si les cours en présentiel ont été suspendus dans plusieurs pays, les universités ont maintenu les cours en ligne jusqu’aux examens, dont « le calendrier reste bel et bien maintenu ».

Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse