L’icône de la musique guinéenne Mory Kanté est décédé

0
281

L’artiste guinéen Mory Kanté est décédé ce vendredi 22 mai à Conakry. Il a connu un immense succès avec son tube devenu planétaire « Yéké Yéké ». Ce morceau a révélé au monde entier en 1988 ce grand musicien qui avait déjà effectué une carrière formidable au Mali.

Au-delà de la musique guinéenne, Mory Kanté était considéré comme une icône de la musique africaine en général. Il était âgé de 70 ans et souffrait d’une longue maladie.

La trace de Mory Kanté restera indélébile dans la musique mandingue et africaine en général. Son succès lui a valu le surnom de «griot électrique».

Dans un tweet le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a salué « un artiste accompli et un symbole de l’intégration entre les peuples de Guinée et du Mali » tout en présentant ses « condoléances les plus émues à la famille et aux proches du défunt ainsi qu’au Président Alpha Condé ».

Mori Kanté a débuté sa carrière musicale au Mali. Il a fait son entrée au célèbre orchestre bamakois, le Rail Band du Buffet hôtel de la gare dans les années 70. Il y a côtoyé Salif Keita pendant un temps avant que ce dernier ne quitte le Rail Band pour les Ambassadeurs du Motel, un autre orchestre mythique de Bamako des années 70.

Mory Kanté a fait les beaux jours du Rail Band aux côtés notamment du guitariste de talent Djelimady Tounkara. L’orchestre s’est fait connaître au-delà des frontières du Mali avec des morceaux d’anthologie comme L’épopée mandingue et « Walegnoumandonbaliya ». Jusqu’à son succès planétaire avec « Yeke Yeke », beaucoup de gens ignoraient qu’il n’était pas Malien.

Les grands orchestres du Mali des années 70 ont révélé en plus de Mori Kanté, des grands talents comme Salif Keita, Kanté Manfila, Amadou et Mariam, Cheick Tidiane Seck, Mangala Camara, Kassé Mady Diabaté, Abdoulaye Diabaté, etc. Ces formations musicales sont à l’origine de la dimension internationale que connait aujourd’hui la musique malienne.

M. TOURÉ

Laisser une réponse