Ligue des champions d’Afrique : Raja Casablanca-TP Mazembé, un choc en 3 dimensions

0
84

Fondé en 1939, le club congolais du Tout Puissant Mazembe est l’une des meilleures équipes du continent africain. Les Corbeaux de Lubumbashi possèdent en particulier un palmarès impressionnant depuis l’avènement du président Moïse Katumbi à leur tête. Avec un actif de cinq Ligues des champions africaines en 1967, 1968, 2009, 2010, et 2015, trois Supercoupes de la Confédération africaine de football, une Coupe des vainqueurs de coupe en 1980 ainsi que deux Coupes de la confédération en 2016 et 2017, le TPM reste l’une des équipes à éviter à cette phase de la compétition. Rappelons aussi qu’en 2010, le club lushois était devenu la première équipe africaine à atteindre la finale du Mondial des clubs. Enfin, au niveau national, le club impose sa suprématie sur la Vodacom Ligue 1 avec 17 titres de champions. De l’autre côté, personne ne peut dire que le Raja Club Athletic de Casablanca est une équipe née de la dernière pluie.
Fondé en 1949 par des syndicats marocains, le club possède un palmarès éloquent qui témoigne de sa carrure à l’échiquier continental. Le Raja est détenteur de trois Ligues des champions (1989, 1997 et 1999), d’une Coupe de la confédération en 2018 et de trois Supercoupes de la CAF en 2000 et 2019. Comme son adversaire, cette équipe est habituée à briller en Botola Pro, le championnat marocain de première division, avec onze sacres en sa possession. Jamal Sellami et Pamphile Mihayo respectivement entraîneurs du Raja et de Mazembe ont tous deux le mérite d’avoir été formés dans le club qu’ils dirigent actuellement. Si le premier n’a que trois mois d’ancienneté à la tête du staff des verts et blancs, le second lui tient la manette des Corbeaux de Lubumbashi depuis avril 2017.
Sur un autre plan, Mazembe et le Raja possèdent tous deux une école de football. Ainsi, l’effectif de ces deux clubs est constitué d’un mélange d’académiciens et de recrues. Si l’affiche de cette double confrontation indiquera TP Mazembe-Raja et vice versa, les supporters, eux, noteront aussi un duel au sommet entre deux renards des surfaces. D’un côté, Ben Malango, l’actuel fer de lance du RCA, et de l’autre côté, Jackson Muleka, actuel meilleur buteur de la Ligue des champions cette saison (7 buts).
Le destin des deux hommes, coéquipiers au TPM il y a quelques mois encore, semble intimement lié. Petit rappel. Après trois saisons réussies avec les Corbeaux, Malango a été éloigné des terrains pendant 4 mois sur blessure et son indisponibilité avait permis au jeune Muleka d’étaler son talent qui a rapidement convaincu le staff technique dirigé par Pamphile Mihayo. Ainsi, Malango ne pouvait pas résister à cette concurrence avec ce jeune qui s’est transformé en buteur maison du club de Lubumbashi et il a fait ses valises, dans les circonstances que l’on sait, l’été dernier.

Laisser une réponse