Lutte contre la Covid-19 : Les légitimités traditionnelles et les transporteurs en renfort

0
224

Le Syndicat national des transporteurs routiers urbains, interurbains et internationaux du Mali (Syntrui-Mali) a promis, samedi devant le Palais de la culture, de rendre le port du masque obligatoire pour tous les passagers et les chauffeurs des véhicules de transport en commun. «Nous prendrons les dispositions nécessaires pour ce faire. Chaque conducteur de Taxi, de Sotrama (minibus), de car, de gros-porteur et camion benne exigera le port du masque à ses usagers. Nous exigerons que tous les chauffeurs se protègent durant les heures travail. Nous allons honorer cet engagement dans les jours à venir», a assuré le secrétaire général du Syntrui-Mali.

Issiaka Diakité intervenait lors de la campagne d’information et de sensibilisation de proximité sur la pandémie de Covid-19. Lancée le 9 juin dernier par le ministère de la Communication, en collaboration avec ses partenaires, cette campagne vise à porter le message du président de la République dans le cadre de la réalisation de sa promesse : «un Malien, un masque». Il s’agit d’être au plus près des populations, afin de répondre aux questions qu’elles se posent. Pour ce faire, des spécialistes sont mis à contribution.

Le choix de cette couche socioprofessionnelle se justifie, selon le chef de cabinet du département. «Les transporteurs sont les plus exposés parce qu’ils sont en contact permanent avec les usagers», a expliqué Ousmane Bamba. Avant, il les avait invités à rendre le port du masque obligatoire pour tous les passagers, comme c’est le cas devant les banques.

Avant cette rencontre avec les conducteurs, spécialistes et envoyés du ministère en charge de la Communication avaient, dans la matinée, échangé avec les légitimités traditionnelles de la Commune V dans l’enceinte de la mairie. Avec elles, plusieurs questions relatives à la Covid-19 ont été abordées par les participants. Il s’agit notamment de l’état actuel de la maladie, des mesures prises par le gouvernement pour y faire face, du respect des mesures barrières (le port du masque, le lavage des mains au savon, la distanciation sociale) et les modes de transmission de la maladie à coronavirus.

Le chef de cabinet du département Ousmane Bamba remettant des masques aux usagers de la circulation

Ces interactions, a soutenu le chef de cabinet, permettront aux Maliens de disposer de vraies informations sur la gravité de cette pandémie et de savoir comment se protéger de cette affection.

Le coordonnateur des chefs de quartier de la Commune V a, après avoir salué l’initiative, promis son soutien pour accompagner cette campagne de sensibilisation sur la Covid-19. Pour Mouktar Traoré, le souhait de tout le monde c’est de voir cette pandémie prendre fin au plus tôt. Le respect des mesures barrières est nécessaire pour arriver à bout de la maladie, a-t-il insisté. Avant d’inviter les chefs de quartier de la Commune V à faire passer le message de sensibilisation dans leurs localités respectives. Pour sa part, le maire de la Commune V a exprimé sa joie de voir sa circonscription abriter cette campagne de sensibilisation. Amadou Ouattara s’est dit convaincu que cette maladie existe réellement.

«C’est pourquoi, nous accompagnons le ministère de la Communication dans cette campagne. Cette pandémie n’épargne personne», a indiqué l’édile. Ajoutant qu’il est possible de faire reculer cette maladie, le maire a, exhorté les commerçants au respect des mesures barrières et à s’approprier les conseils prodigués par les spécialistes. Car, rappellera-t-il, les gestes barrières restent, à ce jour, le seul remède contre la maladie. à la fin de la cérémonie, des kits sanitaires ont été remis aux chefs de quartier de la Commune V et aux transporteurs. Des masques ont également été distribués aux usagers de la route.

Après les six communes du district de Bamako, le ministère de la Communication, en collaboration avec ses partenaires, envisage d’aller à la rencontre de nos concitoyens vivant à l’intérieur du pays.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse