Lutte contre le terrorisme : Barkhane et G5 Sahel marquent des points

0
504

Dans un communiqué publié mercredi passé, la force Barkhane a félicité la force conjointe du G5 Sahel pour son action contre l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) ayant permis la libération de cinq jeunes filles et d’une mère retenues en otage, ainsi que pour la neutralisation de plusieurs terroristes.
En effet, le 17 mars, au cours d’une opération dans la zone de Gargassa et de Fererio, au Burkina Faso, une compagnie de la force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) a libéré cinq jeunes filles âgées de 10 à 14 ans et une jeune mère âgée de 20 ans, retenues en captivité depuis le 5 mars dernier. Lors de cette action, plusieurs membres du groupe armé terroriste (GAT) de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS) ont par ailleurs été mis hors de combat.
Le général de division Pascal Facon, commandant la force Barkhane a ainsi adressé ses vives félicitations à la FC-G5S pour cette action remarquable contre les GAT.
Le texte informe également que cette libération a eu lieu durant une mission de reconnaissance dans la zone des trois frontières (Burkina Faso, Mali, Niger), conduite par un bataillon de la FC-G5S afin de maintenir la pression exercée sur les GAT. «Suite à plusieurs renseignements échangés entre les forces armées des États du G5 Sahel et la force Barkhane, le poste de commandement de la FC-G5S a planifié et conduit cette opération offensive contre un foyer caractérisé comme terroriste», peut-on lire dans le même communiqué. Cette action a ainsi permis de mettre hors de combat plusieurs terroristes se revendiquant de l’EIGS et de libérer six jeunes filles âgées de 10 à 14 ans, retenues en captivité depuis 2 semaines.
À l’issue de cette libération, poursuit le communiqué, la gendarmerie burkinabè est intervenue pour faciliter le rapatriement des enfants vers leurs familles dans la Région de Silmangue, au Burkina Faso. À la tête de cette opération, le général Namata, commandant la FC-G5S, s’est rendu le lendemain sur zone pour saluer l’engagement de ses hommes. Selon lui, «au rythme où les opérations sont menées, une amélioration de la situation sécuritaire en zone des trois frontières devrait être visible sous peu».
Conséquences du sommet de Pau du 13 janvier 2020, la structuration d’un mécanisme de commandement conjoint entre la FC-G5S et l’opération Barkhane optimise la coordination des efforts dans la lutte contre les GAT, en renforçant notamment le partage du renseignement.
Par ailleurs, un véhicule des Forces armées maliennes (FAMa) a sauté, mardi dernier, sur un engin explosif improvisé (EEI) entre Baye et Pissa, dans la Région de Mopti. L’Armée signale que deux soldats ont trouvé la mort et trois autres ont été blessés. Le véhicule a été endommagé.

Massa SIDIBÉ

Laisser une réponse