Lutte contre les mutilations génitales féminines/excision : RENFORCEMENT DE CAPACITÉS AU NIVEAU DU PROGRAMME NATIONAL

0
487
Les participants à l’atelier de renforcement des capacités

Le ministère de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la famille, en partenariat avec l’Agence espagnole de coopération internationale et du développement, a organisé hier un atelier de renforcement des capacités du personnel du Programme national pour l’abandon des violences basées sur le genre, des institutions étatiques et des organisations de la société civile sur les mutilations génitales féminines/excision et droits humains. Cette session de deux jours permettra aux participants d’apporter leures contributions à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des filles du Mali en général et plus particulièrement celles de la Région de Kayes et du district de Bamako.
La session se déroule dans la salle de conférence de la Maison de la Femme et de l’Enfant sur la rive gauche. C’était en présence du représentant du ministère de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, Youssouf Bakayoko, de la coordinatrice du projet « Contribution à la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines/excision », Mme Mariam Doumbia et du représentant de l’Agence espagnole de coopération internationale et du développement, Juan Ovejero Dohn.
Le représentant du ministre a révélé que cette session est le fruit d’un partenariat stratégique entre son département et l’Agence espagnole de coopération internationale et du développement pour accélérer l’abandon des mutilations génitales féminines/excision. Il a remercié l’agence pour son appui technique et financier et précisé que cette session fait partie de la série d’activités planifiées dans le cadre du projet. L’objectif visé est d’amener les communautés à abandonner la pratique, de faire connaître aux participants que la pratique de l’excision a des conséquences nuisibles sur la santé de la jeune fille et constitue une grave violation des droits humains, de renforcer la synergie d’actions entre les acteurs pour la promotion de l’abandon de l’excision.
Juan Ovejero Dohn a souligné que son agence est un outil du gouvernement espagnol pour appuyer les pays partenaires. Il a précisé que ce n’est pas la première fois que son pays soutient un projet d’une grande envergure qui est la promotion de l’abandon de l’excision. « Nous voulons contribuer à cet important projet pour éliminer cette pratique néfaste », a précisé Juan Ovejero Dohn. Il a encouragé le projet et l’a invité à faire des avancées afin que le niveau du Mali dans cette lutte soit élevé.
Mme Mariam Doumbia s’est dit convaincue que cette formation permettra d’avoir une compréhension commune de ce phénomène et de bâtir une synergie d’action pour le diminuer considérablement. Elle a expliqué qu’elle permettra également « de mieux jouer le rôle dans vos communautés et vos structures respectives, et cela est d’autant plus important que votre proximité avec celles-ci fait de vous les meilleurs vecteurs pour l’élimination des mutilations génitales féminines ».
La coordinatrice du projet a exhorté les participants à profiter au maximum de l’occasion afin de renforcer pleinement leurs compétences et connaissances sur la problématique des MGF/E et ses conséquences sur la vie des femmes. « Fort de toutes ces connaissances ajoutées à votre fort engagement, il n’y a aucun doute que vous contribuerez ainsi à la promotion et la protection des couches les plus vulnérables de la société, notamment les femmes et les filles », a-t-elle conclu.

Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse