Lutte contre les mutilations génitales féminines : LE SALUT PAR LA PRISE EN CHARGE DES VICTIMES

0
285

Pouvoirs publics, société civile et partenaires techniques et financiers ont, à l’unisson, plaidé dans ce sens. C’était hier à l’occasion de la de la communauté internationale dédiée à la cause

Le Pr Lamine Boubacar Traoré et Mama Coumaré ont co-présidé la cérémonie de la journée

A l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, hier, la Journée internationale «Tolérance zéro» aux mutilations génitales féminines, notamment l’excision. Le 6 février de chaque année est consacré à cette Journée. Cette année, l’événement est placé sous le thème international : «Transformons des décisions politiques en actions concrètes sur le terrain, afin de parvenir à la tolérance zéro, en termes de mutilation génitale féminine à l’horizon 2030». Le thème national est : «Rendre accessibles les services de prise en charge aux filles et femmes victimes des complications des mutilations génitales féminines, notamment l’excision».
La Journée d’hier a été organisée par le ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, en partenariat avec le département de la Santé et de l’Hygiène publique, à travers l’Unité de prise en charge holistique des cas de violences basées sur le genre ou «One stop center», sis au Centre de santé de référence (Csref) de la Commune V.
La cérémonie était coprésidée par le secrétaire général du ministère en charge de la Promotion de la Femme, Pr Lamine Boubacar Traoré et son collègue du département de la Santé et de l’Hygiène publique, Mama Coumaré. Etaient aussi présents, le chef de file des partenaires techniques et financiers, Mme Josiane Yaguibou et nombre d’invités.
Dans son intervention, la représentante des partenaires a indiqué que les mutilations génitales féminines constituent une forme de violence basée sur le genre. « Nous ne devons pas traiter ce problème indépendamment des autres formes de violences à l’égard des filles et femmes ou d’autres pratiques néfastes comme les mariages des enfants. Afin d’éliminer cette pratique, nous devons nous attaquer aux causes profondes des inégalités entre les sexes et œuvrer en faveur de l’égalité entre les sexes et l’autonomisation de la femme», a préconisé Josiane Yagguibou.
Depuis plus de cinq décennies, le gouvernement, avec l’appui de ses partenaires, œuvre pour l’élimination des mutilations génitales féminines. A cet effet, Mme Josiane Yaguibou s’est réjouie des résultats enregistrés par le gouvernement, notamment l’existence d’un plan national, assorti d’un budget sur ressources propres pour l’élimination des MGF, la diffusion de la lettre N°0019 MSPAS-SG du 16 janvier 1999 du ministère de la Santé interdisant l’excision en milieu médical. Les déclarations publiques en faveur de l’abandon des MGF représentent aussi des avancées.
Par ailleurs, le chef de file des partenaires techniques et financiers a salué le gouvernement pour l’adoption d’une approche fédératrice. Ainsi, le Programme national de lutte contre l’excision (PNLE) est devenu le Programme national pour l’abandon des violences basées sur le genre (PN-VGB) en janvier 2019. Mme Josiane Yaguibou a aussi réitéré l’engagement des partenaires à accompagner les efforts de notre pays et félicité le gouvernement pour la création du Guichet unique de prise en charge des cas des VGB. Elle a aussi émis le souhait de voir les centres de prises en charge holistique se multiplier. Enfin, elle a réaffirmé l’engagement du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) et des agences sœurs du système des Nations unies, notamment l’Unicef et ONU Femmes, en faveur de l’élimination de cette violation des droits des femmes. Ce qui permettra d’éviter que les filles, qui courent encore le risque d’être mutilées, n’endurent plus les mêmes souffrances.
Pour sa part, le secrétaire général du département de la Santé et de l’Hygiène publique a rappelé l’engagement de tous dans la lutte contre l’excision au Mali. Pour lui, le thème est pertinent mais aussi d’actualité car des femmes vivent avec les séquelles physiques morales et sociales de cette pratique dans le silence du fait des tabous socioculturels ou du manque de moyens pour se prendre en charge. Il a donné l’assurance que les formations socio-sanitaires sont engagées à accomplir leur part de travail pour soulager les victimes et aucun effort ne sera ménagé dans ce sens.
Pour Lamine Boubacar Traoré, l’organisation de l’évènement au «One stop center» est un hommage aux acteurs qui, par leur travail acharné, accomplissent chaque jour des miracles dans la prise en charge des victimes de violences basées sur le genre et de l’excision. Il a rendu hommage au département de la Santé pour les efforts accomplis en vue d’offrir des services de prise en charge de qualité aux victimes avant d’exprimer sa reconnaissance aux partenaires pour leur accompagnement dans la mise en œuvre des politiques et programmes de promotion du genre. Il a aussi saisi l’occasion pour mettre en évidence les efforts déployés par l’Etat et ses partenaires en matière de sensibilisation, de plaidoyer, de renforcement des capacités, de coordination, de production d’outils de communication, de suivi et de prise en charge des complications liées à l’excision.
Selon le rapport 2018, 6008 acteurs de la société civile, 997 élus ont été formés ; 55 collectivités ont intégré la lutte pour l’abandon de l’excision dans leurs programmes de développement social et culturel. En outre, 637 leaders religieux se sont engagés à soutenir l’abandon de la pratique (voir L’Essor du mercredi).
Aminata
Dindi
Sissoko

Laisser une réponse