Magic Cinéma : Le dernier des Mohicans rouvre ses portes

0
189

Le monde de la culture, particulièrement celui du cinéma, se déconfine progressivement. Non pas que la pandémie de la Covid-19 a rendu les armes, mais parce que les esprits commencent à se faire à l’idée que le mal est là pour durer. Donc, il faut se faire à l’idée que nous devons apprendre à vivre avec lui, à l’apprivoiser comme d’autres maladies.

Kabiné Bemba Diakité

Les impératifs économiques ont beaucoup pesé dans la balance pour pousser les décideurs à cette décision de déconfinement. L’économie mondiale, des plus grands aux plus petits des États, a subi un rude coup de surchauffe. La grogne sociale face à cette coercition et la volonté des dirigeants de ne pas se mettre à dos leur électorat ont fini par avoir raison de la crainte de l’expansion de la pandémie.

Le scientifique Étienne Fakaba Sissoko estime que les économies africaines connaissent leurs premières récessions depuis plus de 25 ans. Pour le Mali, selon lui, les conséquences sont désastreuses : les prévisions de croissance pour l’année 2020 chutent de 5% à 0,9% avec un impact incommensurable pour une économie dont le moteur stimulateur est l’informel.

L’on sait qu’au Mali, le symbole le plus visible de la culture cinématographique est le Magic Cinéma sis à Bamako. Les deux salles de cinéma de ce complexe culturel sont les seuls survivants du séisme qui a décimé le secteur. Mais voilà qu’en mars dernier, il avait été poussé à la fermeture de ses portes par une décision gouvernementale d’interdire tout rassemblement de plus de cinquante personnes.

À contrecœur, le gérant, Siriki Mété, s’est plié à cette injonction. Il s’était alors alarmé du fait que si cette situation perdurait, il voit son entreprise vouée à la faillite à cause des charges, salaire du personnel et frais d’entretien, qu’il devait supporter à perte. il évalue ces charges à plus de 60 millions FCFA, couvrant les charges salariales à 2 millions et la grande partie dédiée aux tickets d’entrée, au parking et surtout à l’annonce publicitaires sur les écrans géants, à l’intérieur et à l’extérieur.

Mais, voilà que, le 5 juin, après trois mois de fermeture, le Magic Cinéma accueille à nouveau des spectateurs. Il l’a fait, selon lui, avec l’aval du ministère de la culture qui lui a rappelé les mesures sanitaires strictes d’usage, comme l’usage du gel hydro-alcoolique, la distanciation, le port du masque. Ravi par cette autorisation, le gérant est allé jusqu’à confectionner des masques avec le sigle MC qui sont offerts gratuitement aux spectateurs.

Quid de l’aide de l’état qu’il sollicitait depuis le temps de la fermeture du complexe ?  » On a fait des démarches auprès du ministère de tutelle, avec d’autres opérateurs de la culture victimes de cette fâcheuse situation, pour un appui matériel et financier, depuis trois mois. Mais, il n’y a pas encore de suite » se désole-t-il.

Pour l’heure, le Magic Cinéma exploite des films récents qu’il a sous la main et qui étaient programmés avant que le virus ne fasse des siennes. Il prévoit dans les prochains jours un nouvel arrivage commandé auprès de ses fournisseurs américains et européens.
Quoi qu’il en soit, pour les exclusivités, il faudra attendre, le temps que les grandes cinématographies retrouvent les plateaux et studios de tournage après ces longs mois de léthargie imposée par les exigences du contexte sanitaire.

Kabiné Bemba Diakité

Laisser une réponse