Mairie du district de Bamako : Une année écoulée pleine de contraintes

0
89

La loi n° 2017-051 du 02 octobre 2017, portant Code des collectivités territoriales dispose en son article 288 que le président de l’organe exécutif procède annuellement à la restitution publique de la gestion de la collectivité au titre de l’exercice écoulé.

C’est pour répondre à cette exigence que la mairie du district de Bamako a procédé, jeudi dernier, dans ses locaux, à la restitution publique de son compte administratif. C’était en présence du maire du district de Bamako, Adama Sangaré, de la directrice financière de la mairie du district, Mme Diawara Jeannette Ba. Les représentants des autorités coutumières et les organisations de la société civile ont participé à la rencontre.

L’exercice vise notamment à instaurer le dialogue entre les élus et les populations ; amener la population à prendre part à la gestion des affaires communales et à payer les taxes et impôts. Il permettra également d’assurer la transparence dans la gestion publique. Au cours de la présentation du compte administratif, la directrice financière de la mairie du district a indiqué que le budget de l’exercice 2018, modifié de la structure a été arrêté en recettes et en dépenses à la somme d’environ 43,844 milliards de Fcfa.

Selon ses précisions, les recettes s’élèvent à environ 31,719 milliards Fcfa, soit un taux de réalisation de 72,34% par rapport à la prévision contre 82,94% en 2017. Quant aux dépenses, le montant est d’environ 31,789 milliards Fcfa soit un taux d’exécution de 72,50% contre 82,28% en 2017. Mme Diawara Jeannette Ba a indiqué que le déficit qui se chiffre à environ 70,477 millions Fcfa, a été comblé par le solde de l’exercice de 2017.
Durant l’année écoulée, la mairie du district a rendu plusieurs services dans de différents domaines de développement. Parmi lesquels, on peut noter, entre autres, l’assainissement, la protection de l’environnement, l’éducation, l’entretien routier et la sécurité. Cependant, de nombreuses contraintes ont influencé l’exécution du budget de l’année écoulée.

Mme Diawara Jeannette Ba a cité le faible taux de recouvrement des taxes au niveau des marchés et des gares routières ; le faible niveau de paiement de la Taxe de développement régional et local (TDRL), la taxe de voirie, la redevance de pré-collecte des ordures ménagères ; les grèves des travailleurs d’Ozone-Mali rendant la ville insalubre.

Dans son intervention, le maire du district de Bamako a souligné la nécessité de cet exercice de restitution publique du compte administratif pour les populations. «L’administration de la collectivité est parfois perçue par les populations comme un univers éloigné des réalités de leur quotidien. Elles ont donc besoin d’être informées sur la gestion de cette administration», a développé Adama Sangaré.

Selon l’édile, la présentation du bilan de la gestion de la mairie du district vise à promouvoir la redevabilité et la participation citoyenne au niveau de la ville en favorisant un cadre d’échange entre les autorités de Bamako et les citoyens.

Mohamed D. DIAWARA
L’ESSOR

Laisser une réponse