Mairie du District : La crise sanitaire oblige le conseil à ajuster les prévisions budgétaires

0
147

Les membres du conseil lors de l’ouverture des travaux

Le maire du District de Bamako, Adama Sangaré, a présidé, hier dans la salle des délibérations de la mairie, la cérémonie d’ouverture des travaux de la 2è session ordinaire du conseil du District durant laquelle les participants vont examiner le budget additionnel élaboré par les services techniques.

Cette session budgétaire est destinée à corriger et ajuster les prévisions du budget primitif. L’examen de la situation financière est un exercice récurrent inscrit à l’ordre du jour des différentes sessions de la mairie du District.
Cependant, a noté Adama Sangaré, cette session revêt un caractère particulier en raison du faible niveau de mobilisation des ressources internes.

Selon l’édile, cette situation est consécutive à la pandémie de la Covid-19, qui a obligé le gouvernement à prendre des mesures barrières afin d’endiguer sa propagation, comme le couvre-feu. Toutes choses qui ont eu des effets néfastes sur les activités de plusieurs secteurs économiques, notamment le transport et le commerce. «En outre, les difficultés récurrentes de recouvrement des taxes et redevances de la mairie du District ont aggravé notre situation financière», a souligné Adama Sangaré. Dans le souci d’améliorer les recettes, informera le maire central, la collectivité a signé un accord de partenariat avec la Nouvelle technologie africaine (NTA TECH), afin de moderniser le système de collecte des taxes pour passer du fonctionnement manuel, à un autre plus innovant, unifié, digitalisé et sécurisé. Pour lui, le conseil a le devoir d’envisager des mesures idoines susceptibles de relever les défis de l’heure.

Aussi, Adama Sangaré a signalé que le début de l’hivernage a déjà été marqué par quelques fortes pluies mettant à rude épreuve le réseau de drainage des eaux. Ainsi, le problème de curage des caniveaux se pose avec acuité. La mise en œuvre diligente du programme 2020, a-t-il assuré, va permettre à la ville de Bamako d’éviter le scénario catastrophe de 2019.
Par ailleurs, le maire du District a signalé qu’en dépit des efforts des partenaires de l’assainissement, des difficultés de gestion des dépôts de transit et de la décharge finale demeurent. «Les difficultés relatives à la gestion des dépôts de transit et à la réalisation de la décharge finale de Noumoubougou constituent encore des préoccupations réelles», a-t-il regretté, rappelant que les travaux d’entretien intenses des artères publiques initiés sous l’égide du ministère de l’Assainissement avec les collectivités du District se poursuivront.

Face aux défis, selon Adama Sangaré, les exposés qui seront faits par les services techniques permettront aux participants de faire des propositions et suggestions pertinentes dans le sens de l’amélioration des prestations à l’endroit des populations afin d’éviter des scènes d’inondation.

Oumar DIAKITÉ

Laisser une réponse