Mali, Championnat national de jeu de dames : Les jeunes prennent le pouvoir

0
178

Moussa Coulibaly (g) ici face au vice champion, Kassim Souaré

Moussa Coulibaly n’a que 25 ans, mais il est déjà entré dans l’histoire du jeu de dames du Mali. Samedi, le damiste est devenu, en effet, le plus jeune joueur à remporter consécutivement deux titres de champion du Mali. Auteur d’un parcours sans faute (3 victoires et autant de nuls) lors de la deuxième et dernière phase de la compétition, Moussa Coulibaly a totalisé 9 points et devancé d’une courte tête le deuxième du classement, Kassim Souaré (2 victoires, 4 nuls). Issus tous les deux de la ligue du jeu de dames du District de Bamako, les deux damistes décrochent, ainsi, leur billet pour le Championnat d’Afrique de jeu de dames qui se déroulera en 2020 en Côte d’Ivoire. La troisième place du championnat est revenue à Moussa Diallo de la ligue de Koulikoro qui a totalisé 7 points (2 victoires pour 3 nuls et 1 défaite).
Dans son allocution de clôture, le président de la Fédération malienne de jeu de dames (FMJD), Drissa Coulibaly, a rendu un vibrant hommage à Moussa Coulibaly, «un joueur qui symbolise la montée en puissance des jeunes». «La jeunesse a marqué le coup, s’exclamera le premier responsable du jeu de dames national. Nous avons assisté à de belles empoignades qui prouvent que le niveau des joueurs maliens est acceptable. Aussi, le bon comportement des jeunes montre qu’ils sont bien encadrés par les anciens qui sont là depuis plusieurs décennies» (le doyen du championnat, Adou Barka de Tombouctou avait 71 ans, ndlr).

«Le jeu de dames n’est plus un simple plaisir, c’est un sport comme toutes les autres disciplines. C’est un sport d’intellectuels et vous devez le montrer dans votre comportement de tous les jours», insistera Drissa Coulibaly, avant d’inviter toutes les ligues à renouveler leur bureau en 2020 et d’adresser ses remerciements au ministère de la Jeunesse et des Sports et au Comité national olympique et sportif.
à l’instar du président de la FMJD, le directeur national des sports et de l’éducation physique a également salué la prestation des joueurs, avant de les exhorter à continuer sur la même lancée. «Il suffit de voir l’écart entre les trois premiers du classement pour se convaincre que les parties ont été âprement disputées et que le niveau des joueurs s’est amélioré. Je constate également que les ligues ont massivement participé à la compétition», soulignera Aliou Maïga, sous les ovations de la salle. «Les doyens qui sont là méritent notre respect et notre reconnaissance. C’est grâce à eux que le jeu de dames du Mali s’est hissé à la place où il se trouve aujourd’hui», complètera le directeur national des sports et de l’éducation physique.
Concernant le tournoi B qui a regroupé les 10 joueurs éliminés au premier tour, il a été remporté par Mamadou Traoré de la ligue de Kayes qui s’est classé premier avec 14 points (7 victoires, 2 défaites). N’Golo Coulibaly et Mamadou Bamba (13 points chacun) se sont adjugés, respectivement les deuxième et troisième places. Tous les joueurs ont reçu des enveloppes d’encouragement. Désormais, les regards sont tournés vers le renouvellement des bureaux des ligues et la session de formation, prévue en janvier et qui, précise le président de la FMJD, Drissa Coulibaly, «sera axée essentiellement sur la notation». Selon lui, nombre de joueurs maliens rencontrent encore d’énormes difficultés dans la notation d’où la décision de l’instance dirigeante du jeu de dames national d’organiser cette session.
Pour mémoire, le coup d’envoi du championnat national 2019 avait été donné le 19 décembre et 19 joueurs étaient en lice pour le titre suprême. Les participants (2 par ligue, contre 6 pour le District de Bamako) ont été répartis en 4 poules et les 2 premiers de chaque poule se sont qualifiés pour la deuxième phase.
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse