Mali : Clinique juridique DEME-SO fait valider deux nouveaux modules du curriculum national de formation des para-juristes

0
460

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme « Tien Sira II » sur le financement des royaumes des Pays-Bas et de la Suède, l’association DEME-SO a organisé, ce mercredi 07 octobre à Bamako, un atelier de validation de deux nouveaux modules du curriculum national de formation des para-juristes du Mali. Il s’agit des modules sur la protection de l’environnement et la sensibilité aux conflits.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le représentant du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable(MEADD), Modibo Sacko. C’était en présence du coordinateur national de l’Association, Ibrahima Koureïchi ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers de DEME-SO. Le but de cet atelier est l’amélioration et la validation du document proposé par l’équipe de réflexion en vue de son intégration dans le curriculum national.

Après les mots de bienvenue d’Abdallah Yattara, représentant du maire de la Commune IV, le coordinateur national de l’Association DEME-SO, Ibrahima Koureïchi a, de prime abord, rappelé que c’est en 2006 que notre pays, à travers le cadre national de formation des para-juristes, s’est doté d’un statut du para juriste. Mais aussi d’un curriculum national de formation et d’un manuel pratique avec l’assistance de l’Institut national de formation judiciaire (INFJ). Selon Ibrahim Koureïchi, c’est dans le cadre de l’opérationnalisation de ces outils pour l’accès de plus de justiciables démunis à la justice que l’association qu’il dirige a initié le programme « contribuer à l’accès adéquat des démunis aux droits et à la justice» communément appelé «Tien Sira». D’après lui, ledit programme s’étend sur la période 2018-2023 dans 600 Communes, 36 juridictions et 60 maisons d’arrêt et de correction du Mali.

« Dans le cadre du renforcement de la qualité et de la diversification des services offerts par les para-juristes aux citoyens, le programme ‘’Tien Sira II’’ prévoit la relecture du curriculum national de formation de ceux-ci en vue de l’adapter au contexte actuel », a soutenu le premier responsable de l’Association. Cette adaptation, a-t-il ajouté, requiert l’intégration de deux nouvelles préoccupations identifiées par la population que sont la protection de l’environnement et la sensibilité aux conflits.

Dans son discours d’ouverture, le représentant du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a indiqué qu’en tant que pays sahélien à vocation agro-sylvo-pastorale, le Mali demeure fortement préoccupé par les changements climatiques, la désertification, la pollution… « Ces problèmes environnementaux et d’assainissement ont pris des proportions alarmantes qui menacent notre existence », a soutenu Modibo Sacko.

Pour lui, l’inversion de cette courbe est un défi auquel le Mali se trouve confronté. Cette triste réalité lui fera souligner une disposition de la Constitution qui en son article 15 dit que « toute personne a droit à un environnement sain. La protection, la défense de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour tous et pour l’État ». Enfin, Modibo Sacko a déclaré que cet atelier permettra aux para-juristes de disposer de nouvelles compétences techniques et opérationnelles dans le cadre de la protection de l’environnement et la sensibilité aux conflits au bénéfice des populations.

Au cours de la session, les participants ont eu droit à une présentation sur le module portant sur protection de l’environnement autour d’un plan intégrant entre autres : la définition des termes et concepts, les grands principes de gestion de l’environnement, le cadre juridique national, international et institutionnel.

A. TRAORÉ

Laisser une réponse