Mali : Début de la concertation nationale

0
361

L’atelier de validation des Termes de référence de la concertation nationale a débuté ce samedi 5 septembre à Bamako et dans les capitales régionales. Les échanges de ce week-end devraient permettre de peaufiner le projet de termes de référence de la concertation nationale dont les travaux se tiendront les 10, 11 et 12 septembre prochains.

C’est le CICB qui abrite cette rencontre inaugurale à laquelle partis politiques, syndicats, société civile, groupes armés signataires de l’accord de paix de 2015, sont conviés pour se mettre d’accord sur les objectifs de ces consultations nationales. Dans les différentes régions, les échanges seront dirigés par les gouverneurs.

Ces rencontres ont pour objectif d’obtenir un consensus sur la feuille de route, l’architecture, les organes et la charte de la transition.
En procédant à l’ouverture des travaux, le colonel Malick Diaw, a indiqué que l’agenda du CNSP est clair et précis. Il s’agit de contribuer à la reconstruction de notre pays. «Le temps presse, il faut aller vite mais sûrement, c’est dans cette démarche que le CNSP a pris l’initiative d’organiser cet atelier de validation des termes de références», a ajouté le vice-président du comité.

Sitôt les travaux débutés, après la présentation de la répartition des groupes de travail, les jeunes du M5-RFP ont élevé des protestations dans la salle. Ils se plaignaient du fait que le M5 n’avait pas été cité parmi les groupements représentés dans tous les cinq groupes de travail. Pour eux, ce n’était pas normal que le CNSP et la CMA soient les seuls représentés dans tous les groupes. « C’est du mépris. Le CNSP a parachevé une œuvre. C’est une tentative de confiscation de la victoire du peuple. Comment comprendre que le CNSP et la CMA soient dans tous les groupes et pas le M5 », a dénoncé l’imam Oumarou Diarra du M5.

Devant le tollé, les organisateurs ont dû expliquer que les participants pouvaient s’inscrire dans les groupes de leur choix. Après un moment de remue-ménage, le calme est revenu et les travaux ont repris leur cours normal.

T. CAMARA

Laisser une réponse