Mali : Les 9 missions cardinales du gouvernement de la transition

0
483

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. Moctar Ouane a présidé ce mardi 6 octobre 2020, dans la salle de conférence de la Primature, le premier Conseil de Cabinet de la toute nouvelle équipe gouvernementale nommée hier lundi par le Décret n° 2020-0074/PT-RM du 05 octobre 2020.

Notons que conformément aux recommandations du Dialogue National Inclusif et à celles plus récentes des concertations nationales tenues les 10, 11 et 12 septembre 2020, 25 membres composent le gouvernement nommé par le Président de la Transition, SEM Bah N’Daw sur proposition du Premier ministre.
Dans son propos liminaire, le Premier ministre a souhaité la bienvenue aux nouveaux ministres dans l’attelage gouvernemental et les a félicités pour le choix porté sur eux. « C’est un grand honneur et un privilège singulier, que de servir l’Etat au niveau qui est le nôtre aujourd’hui, en vue de répondre de façon adéquate aux attentes légitimes de nos concitoyens », dira-t-il. Chacun devra en conséquence « œuvrer au redressement de notre pays si durement ébranlé » a-t-il poursuivi.
En invitant les uns et les autres à prendre la juste mesure de la situation actuelle dans laquelle se trouve le Mali, le Premier ministre a rappelé les grands axes qui doivent orienter l’action gouvernementale durant les 18 mois de la Transition ainsi que les principes directeurs sur lesquels cette action sera fondée.

Les missions assignées à cette Transition sont déjà connues depuis les concertations qui ont réuni toutes les sensibilités du peuple les 10, 11 et 12 septembre dernier. Elles portent sur :
– Le rétablissement et le renforcement de la sécurité sur l’ensemble du territoire national ;
– Le redressement de l’Etat et la création des conditions de base pour sa refondation ;
– La promotion de la bonne gouvernance ;
– La refonte du système éducatif ;
– L’adoption d’un pacte de stabilité sociale ;
– La réforme de l’éducation ;
– Le lancement du chantier des réformes politiques, institutionnelles, électorales et administratives ;
– L’organisation des élections générales ;
– La mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.
Pour gagner ce pari selon le Premier ministre, « il nous faut agir, agir vite et efficacement », guidés en cela par 3 principes directeurs qui sont l’engagement, la solidarité et la détermination.

Ainsi, la solution au défi d’ordre sécuritaire, économique, politique et social auquel nous sommes confrontés, « réside dans l’engagement sans faille de chacun et chacune des membres qui compose le gouvernement ».
Cela devra se traduire dans la pratique « par un volontarisme devant conduire au sens de l’initiative, toujours plus accru, et pertinent dans la formulation de nos politiques publiques ». Mais aussi, « par notre détermination à conduire les réformes voulues par notre peuple, avec en ligne de mire le recours préalable au dialogue et à la concertation, dans l’humilité, mais toujours dans la rigueur, « en veillant à la transparence dans la gestion des politiques publiques ». Tout cela ne sera cependant effectif sans « l’impératif de solidarité gouvernementale » qui doit conduire à la culture d’un esprit d’équipe. C’est pourquoi, insistera-t-il, l’action gouvernementale doit, pour demeurer efficace et crédible, « reposer sur le principe d’unité et s’inscrire dans la cohérence ».
Le Premier ministre a conclu son propos, en rappelant l’honneur qu’éprouvent tous les membres de la nouvelle équipe à servir le Mali, en ce moment si particulier de son histoire.

Ce premier Conseil de Cabinet s’est tenu dans un contexte particulier marqué par la décision des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, de lever les sanctions qui étouffaient notre pays depuis les changements intervenus le 18 octobre 2020. D’autres bonnes nouvelles sont attendues, relatives à la libération d’otages, au nombre desquels figure Soumaïla Cissé, président de l’URD et ancien chef de l’opposition malienne.

CCRP/Primature

Laisser une réponse