Mali, Régulation des médias : L’appui bienvenu des députés à la HAC

0
362

Visite du centre de monitoring par les députés et les responsables de la Hac

Des députés conduits par les présidents des commissions Lois, et éducation, culture et nouvelles technologies de l’Assemblée nationale, respectivement Zoumana N’tji Doumbia et Siaka Sangaré, ont visité hier le Centre de monitoring de la Haute autorité de la communication (Hac).
L’objectif était de voir dans quelle mesure ils pourront aider l’organe indépendant de régulation des médias à faire face aux missions qui lui sont assignées.
Aux termes de la visite, le président de la Hac, Fodié Touré a eu un entretien à huis clos avec les députés. à la fin des échanges, Fodié Touré et ses hôtes se sont adressés à la presse dans la salle de réunion de la Hac.
Le patron de l’organe indépendant de régulation des médias a manifesté toute sa joie d’accueillir des élus de la nation. Selon Fodié Touré, cette visite témoigne de l’importance que l’Assemblée nationale accorde aux missions de la Hac. De son côté, Zoumana N’tji Doumbia a rappelé que le but de la visite était d’échanger avec la présidence de la Hac sur les préoccupations de la structure. Afin, précisera-t-il, de les porter devant la représentation nationale. Ainsi, après avoir identifié les soucis majeurs, « nous nous engageons à plaider pour la Hac, afin qu’elle soit dotée d’un local digne de son importance. Un local qui puisse lui permettre de bien répondre à ses missions », a expliqué le député élu à Bougouni.
Précisons que le Centre de monitoring est un dispositif permettant de contrôler et de gérer en temps réel les organes audiovisuels. Selon Modibo Coulibaly, administrateur du système de monitoring, le contrôle des organes consiste à surveiller les programmes audiovisuels diffusés au Mali.

« Au cas où un organe diffuse des contenus non autorisés, le centre fait un rapport qui sera transmis au collège de la Hac. C’est cette instance qui va statuer sur les dispositions à prendre pour mettre ledit média dans les règles », a expliqué le technicien.
Nianzan Coulibaly, le chef du Centre de monitoring, ajoutera que son service a aujourd’hui configuré sur la plateforme, la fréquence de 36 radios dont cinq étrangères et 24 télévisions nationales. Selon lui, le contrôle concerne surtout la période électorale. En la matière, le centre mesure le temps de parole accordé aux différentes parties prenantes de la société (majorité, opposition, société civile, etc.). « Quand le centre constate par exemple qu’une partie monopolise le temps de communication sur les médias, il peut demander un équilibre dans la diffusion de l’information », a expliqué Nianzan Coulibaly.
A ce sujet, le président de la Hac a confirmé que la structure fournit des efforts énormes pour équilibrer la diffusion de l’information en période électorale. Fodié Touré a profité de l’occasion pour annoncer la tenue prochaine d’une rencontre réunissant les régulateurs de l’Union économique et monétaire ouest-africain (Uemoa), sur la régulation des médias en période électorale.
Après avoir rappelé que la Hac a délivré cette année 159 nouvelles fréquences radios, il a souhaité l’adoption par l’Assemblée nationale du texte réglementant les réseaux sociaux. Afin, selon lui, que ce domaine soit pris en charge par la Hac.
En réponse à cette préoccupation, le président de la commission éducation, culture, communication et nouvelles technologies a rassuré que sa commission échangera avec les acteurs du secteur. De l’avis de Siaka Sangaré, les acteurs doivent proposer un texte dans ce sens, pour une meilleure régulation des médias sociaux au Mali.

Amadou B. MAÏGA

Laisser une réponse