Mamadou Keïta «Gomes» : «La mort brutale de Daouda Diarra a éTé un grand choc pour moi»

0
190

L’actuel directeur technique de la Fédération malienne de tennis (FMT) qui a été coéquipier de Daouda Diarra en sélection, se souvient de la belle prestation des Aigles de tennis à Bissau. «à Bissau en 1985, la Fédération malienne de tennis a fait appel à Daouda Diarra, il est venu et a bien joué.

Grâce à ses performances, le Mali a pu atteindre la finale avant de perdre malheureusement contre le Sénégal», raconte Mahamadou Keïta plus connu sous le sobriquet de «Gomes». Un peu plus de 20 ans, après (2007), Daouda Diarra est décédé. Le corps du meilleur joueur de la troisième édition de la Coupe Daniel Montero a été rapatrié au Mali, avant d’être enterré au cimetière d’Hamdallaye.

«Daouda Diarra ne jouait pas au niveau professionnel en France, c’est la fédération qui l’a aidé à partir en France dans le cadre de sa politique de promotion et de développement du tennis du Mali. Tous ceux qui sont partis à l’extérieur à l’époque ont amélioré leur niveau et réussi leur reconversion après leur retraite», témoigne Gomes. «David, c’est comme ça que nous appelions Daouda Diarra, qui jouait bien au tennis. Il avait un bon niveau, dans les années 80, il était sans conteste le meilleur joueur du Mali», souligne l’ancien international malien. «David, poursuivra Gomes, a commencé à jouer au tennis très jeune.

Il avait entre 10 à 12 ans. Avec ses camarades de Bamako-Coura, notamment Karim Kouyaté, Sékou Diabaté, Moussa Dramé, il venait au Tennis club de Bamako (TCB). Comme nous tous, il a commencé d’abord par faire le ramasseur de balles, avant de commencer à jouer.

J’étais son encadreur et en même temps son capitaine en équipe nationale. Il était très gentil, à chaque fois qu’il venait en vacances au Mali, il venait me voir. Sa mort en 2007 a été un grand choc chez moi. Il a laissé derrière lui une veuve et trois enfants inconsolables», raconte son ancien coéquipier, la gorge nouée.

Ladji M. DIABY

Laisser une réponse