Manifestations du juillet dernier : Cérémonie de prières et de sacrifices à la mémoire des victimes

0
228

L”Imam Mahmoud Dicko lors de son intervention à la cérémonie

Une cérémonie de prières et de sacrifices a été organisée vendredi au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba, pour rendre hommage aux victimes des manifestations de la mi-juillet à Bamako. Les chiffres donnés par les organisateurs du rassemblement indiquent qu’il a été enregistré lors desdites manifestations 23 morts, 97 blessés dont 26 graves. Parmi lesquels, une dizaine était présente à la cérémonie de prières.

Présidée par l’imam Mahmoud Dicko, la cérémonie a regroupé, outre le Coordinateur général de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants de Mahmoud Dicko (CMAS), Issa Kaou Djim, le représentant des familles fondatrices de Bamako, Dramane Niaré, celui de l’imam Lassana Kané de Ségou et bien d’autres invités. Les membres du Comité stratégique du M5-RFP étaient aussi présents.

Après la lecture du Saint Coran par l’imam Moussa Bagayogo, l’autorité morale du M5-RFP, l’imam Mahmoud Dicko, a invité nos compatriotes à l’union sacrée au chevet du Mali, en se pardonnant mutuellement. Selon lui, l’objectif de la cérémonie est de prier à la mémoire de ces braves jeunes qui ont donné leur vie pour défendre le Mali.

«Nous sommes venus pour faire un recueillement en même temps donner un message à tout le peuple malien, pour que le sang versé par ces jeunes gens soit le ciment pour encore ressouder le peuple malien», a déclaré le leader religieux. Pour lui, il est temps de chasser le démon de la division et de la haine de nos cœurs afin de les remplir d’espérance et d’amour des uns envers les autres.

Le parrain de la CMAS a aussi invité ceux qui gèrent de nos jours le pays à rester vigilants, leur conseillant de ne pas décevoir la confiance que le peuple leur a placée. Il a salué les jeunes héros qui ont parachevé les luttes de plusieurs jours d’une frange importante du peuple, leur demandant de tenir leur parole.

À ce propos, l’imam Dicko a affirmé qu’on ne donnera à personne un chèque en blanc désormais pour la gestion de ce pays. «Personne ne fera ce qu’il veut de façon anarchique dans ce pays, c’est fini», a-t-il averti.

En outre, Mahmoud Dicko a exhorté les membres du Comité militaire à s’asseoir avec le M5 ainsi que toutes les forces vives pour parler dans l’entente. Il leur a aussi demandé de faciliter la situation et d’alléger la souffrance des Maliens.

Pour sa part, le coordinateur général de la CMAS, Issa Kaou N’Djim, a expliqué que la cérémonie s’inscrivait dans la logique du combat heureux du peuple malien qui s’est battu pour le respect des institutions, demander la bonne gouvernance ainsi que les questions de fond telles que l’éducation, la lutte contre l’insécurité… Les salutations du représentant des familles fondatrices de Bamako, suivies du témoignage du porte-parole des parents des victimes, Mamadou Tangara, ont été d’autres moments forts de la cérémonie.

Aboubacar TRAORÉ

Laisser une réponse