Marchés céréaliers et de l’aliment bétail : Relative stabilité des prix

0
182

Les marchés céréaliers sortent progressivement de la léthargie provoquée par la fête de l’Aïd El Fitr. Comme la semaine écoulée, les prix sont restés stables, en majorité. Les rares et légères fluctuations enregistrées par endroits sont à la baisse. Ces fléchissements constatés sur les marchés ruraux sont de l’ordre de 5 Fcfa le kilo pour les céréales sèches. Ils varient de 5 à 25 Fcfa le kilo pour les riz locaux. Le relevé des prix a été fait durant la semaine du 28 mai au 3 juin 2020.

Selon le communiqué de l’Observatoire du marché agricole (OMA), qui rapporte l’information, le sac de 100 kg de maïs a coûté 12.500 Fcfa contre 14.000 Fcfa pour le sorgho, 16.000 Fcfa pour le mil, 32.000 Fcfa pour les riz RM40 importé et BB importé thaïlandais, et 33.000 Fcfa pour le riz local Gambiaka (tout venant).

Dans le District de Bamako, les prix au détail couramment pratiqués ont été de 175 Fcfa le kilo de maïs contre 200 Fcfa pour le mil et le sorgho. Quant aux mil/sorgho/maïs pilés, ils ont valu 250 Fcfa, contre 350 Fcfa pour le riz brisé importé et les riz importés RM40 thaïlandais et vietnamien. Le riz local Gambiaka a gagné 375 Fcfa, contre 400 Fcfa pour le niébé et 500 Fcfa pour le fonio.
À Kayes Centre, les détaillants ont acheté à 200 Fcfa le kilo de maïs. Le mil et le sorgho ont été cédés à 250 Fcfa contre 300 Fcfa pour le maïs pilé, 320 Fcfa pour le sorgho pilé, et 360 Fcfa pour le mil pilé.

À Koulikoro-Ba, le kg de maïs a été vendu à 175 Fcfa, 200 pour le mil et le sorgho, 250 Fcfa pour le maïs pilé. Par contre, les sorgho et maïs pilés ont été cédés à 275 Fcfa le kg, 300 pour le mil pilé, contre 350 Fcfa pour le riz importé brisé, 375 pour le riz importé RM40, 400 Fcfa pour le riz local Gambiaka.

Au centre de Sikasso, le kg de maïs a été marchandé à 125 Fcfa. Le sorgho, le mil et le maïs pilé ont coûté 200 Fcfa contre 250 Fcfa le kg du sorgho pilé. Le riz étuvé blanc et le mil pilé ont coûté 300 Fcfa le kg. Quant au riz BG, il a été vendu à 325 Fcfa le kilo contre 375 Fcfa pour les riz importés brisés et RM40 et le riz local Gambiaka. À Ségou-Centre, le kilo de maïs a été monnayé à 125 Fcfa contre 150 Fcfa pour le mil et le sorgho. Par contre, les mil, sorgho et maïs pilés ont valu 250 Fcfa. Le kg du riz local Gambiaka a été cédé à 350 Fcfa.

À Mopti-Digue, le kilo de maïs a valu 150 Fcfa contre 175 Fcfa le kg de mil et de sorgho, et 200 Fcfa pour le kilo riz étuvé rouge et celui du maïs pilé. Quant aux mil et sorgho pilés, ils ont coûté 250 Fcfa, contre 300 Fcfa pour le riz BG et le riz étuvé blanc, 325 pour le riz local Gambiaka.

À Tombouctou, le kilo du riz paddy a coûté 155 Fcfa, contre 225 Fcfa pour le mil, 230 pour le maïs et 250 Fcfa pour le sorgho. Le riz BG a coûté 270 Fcfa contre 275 Fcfa le kg de mil pilé. La même quantité de riz étuvé blanc a été troquée contre 355 Fcfa. Tandis qu’à Gao, le kilo de maïs a été cédé à 225 Fcfa, contre 250 Fcfa pour le mil, le sorgho et le maïs pilé. Quant aux mil/sorgho pilés, ils ont gagné 300 Fcfa, contre 400 Fcfa pour le riz BG. Les prix de l’aliment bétail à base de graines de coton sont restés partiellement stables par rapport à la semaine écoulée. Les prix des sacs de 40 et 50 kg ont varié respectivement entre 6.000 et 8.500 Fcfa.

Dans les capitales régionales, le sac de 50 kg d’aliment bétail à base de graines de coton a couté 7.500 Fcfa à Bamako, 7.750 Fcfa à Mopti Digue et 8.000 Fcfa à Sikasso et à Ségou-Centre. Les prix pour le sac de 40 kg ont été de 7.000 Fcfa à Tombouctou contre 7.500 Fcfa à Gao.

Synthèse
Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse