Mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation : La coalition citoyenne joue sa partition

0
122

Le Projet de renforcement des capacités des membres des observatoires régionaux de la Coalition citoyenne de la société civile pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale (CCSC-PURN) a été lancé, jeudi dernier, dans un hôtel de Bamako, en présence du président de cette organisation, l’ancien Premier ministre Ahmed Mohamed Ag Hamani et du ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile, Amadou Thiam. L’on notait également la présence du représentant de la MINUSMA, Bruno M’Pondo et des représentants des mouvements signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger.
Ce projet, qui bénéficie de l’accompagnement de la MINUSMA, à hauteur d’environ 38 millions de Fcfa, est axé sur le renforcement des capacités des membres des observatoires de la CCSC-PURN afin de leur permettre d’accomplir plus efficacement leurs missions au niveau régional et local.
Selon le président de la CCSC-PURN, ces missions concernent en priorité l’appropriation par les populations de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali et de la Stratégie nationale de la réforme du secteur de la sécurité. Mais aussi, le montage des projets et la recherche de financement adapté. Au cours de sa phase opérationnelle qui va jusqu’en juin 2020, le Projet prévoit le renforcement de capacités de plus de 350 personnes dont 30% de femmes et 60% de jeunes des observatoires des Régions de Ségou, Mopti, Tombouctou, Taoudeni, Gao, Kidal et Ménaka.
Pour Ahmed Mohamed Ag Hamani, ce projet vient à point nommé car coïncidant avec la fin du Dialogue national inclusif (DNI) qui a pris des résolutions et formulé des recommandations relatives aux grands problèmes auxquels notre pays est confronté. «C’est dans cette dynamique que la Coalition citoyenne a inscrit les actions prioritaires retenues par le présent projet pour relever les défis répertoriés par le DNI en ce qui concerne la récupération du territoire national, la restauration de la sécurité, de l’autorité et de la souveraineté de l’état, de la justice et du développement», a déclaré l’ancien Premier ministre.
De son côté, le représentant de la MINUSMA a déploré le retard pris dans l’implication de la société civile dans la mise en œuvre de l’Accord, rappelant que celle-ci a été à la base des discussions qui ont pu avoir lieu en Algérie. Bruno M’Pondo a remercié le gouvernement pour son attachement profond à la mise en oeuvre du texte, indiquant que ceci témoigne de son engagement pour la paix, la sécurité et la stabilité au Mali.
Pour sa part, le ministre chargé des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile dira que son département ne ménagera aucun effort pour accompagner la CCSC-PURN pour la vulgarisation et le suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation. «Nous sommes certains qu’avec la relecture de certains aspects de l’Accord et aussi la résolution n°4 du DNI qui va permettre sa meilleure appropriation, nous allons arriver à une mise en œuvre plus diligente, efficace et concertée de cet Accord pour paix et la réconciliation», a exprimé Amadou Thiam.

Bembablin DOUMBIA

Laisser une réponse