Mme Dao Ouassa Dembélé : Une femme qui avait le sport dans le sang

0
204

Nous sommes en 2014, lors du dîner gala organisé par les autorités pour rendre hommage aux anciennes gloires du pays, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta lance cette petite phrase au moment de saluer une dame : «Vous, je vous connais, c’est Ouassa Dembélé». Visiblement surprise, Ouassa Dembélé sourit, avant de serrer la main du chef de l’état. Ce rappel pour dire que le visage de Ouassa Dembélé était connu de tous, même au sommet de l’état. Et l’explication est simple : parce que l’ancienne basketteuse du Djoliba et de la sélection nationale est l’une des rares femmes du Mali, dont tous les enfants (5 au total, 3 basketteurs, 1 footballeur et 1 athlète) ont suivi les traces de leur mère et sont devenus des sportifs de haut niveau. Parmi ces enfants, on peut citer Fanta Dao, sacrée plusieurs fois championne du Mali des 100 et 200m, Moussou Dao et Cheick Tidiane Dao qui ont évolué au Stade malien pendant plusieurs années, la première dans l’équipe de basket-ball des Blancs et le deuxième dans l’équipe de football. Ce n’est pas tout, l’époux de Ouassa Dembélé, Bougouna Dao est également un ancien athlète qui a été sélectionné plusieurs fois en équipe nationale.

Dès lors, on comprend pourquoi la mort de Ouassa Dembélé, le mardi 17 décembre, a provoqué une vive émotion dans le monde sportif, toutes disciplines confondues. à travers messages de condoléances et communiqués radio, presque toutes les associations sportives nationales ont rendu hommage à Ouassa Dembélé et salué la mémoire de l’illustre disparue. Née en 1949, Ouassa Dembélé a commencé à jouer au basket-ball en 1966, à l’âge de 17 ans. Sélectionnée en équipe nationale, elle participe au tournoi de l’ORS (Organisation des états riverains du fleuve Sénégal), avant d’enchaîner avec les tournois internationaux du Caire et de Dakar. En 1970, elle remporte son premier titre majeur avec la sélection nationale, avec le sacre du Mali à Dakar au tournoi de la Zone II. Parmi les coéquipières de Ouassa Dembélé, on peut citer la capitaine Aminata Sow, Djénébou Daou, Mastan Sy, Christine Jondot, Fanta Diarra, Mariam Ballo, Noumouténé Diawara, Fatoumata Bagayoko, Adiara Diarra, Fatoumata Coulibaly. L’équipe était dirigée par Abdoulaye Sidibé qui fut le premier manager de la sélection. En 1981 et 84, les Maliennes remettront ça, avant de remporter cinq ans plus tard le tournoi de la CEDEAO au Sénégal.
Devenue sage-femme, après sa retraite, Ouassa Dembélé travaillera, successivement à Kayes, aux PMI (protection maternelle et infantile) de Lafiabougou et d’Hamdallaye, puis au CSRF (Centre de santé et de référence) de la Commune IV. Concernant sa vie associative, Ouassa Dembélé a été secrétaire générale du Comité syndical du CSRF de la Commune IV, secrétaire à l’information du bureau national et membre de l’Amicale des anciennes basketteuses du Mali (A.A.B.M). L’ancienne basketteuse était également connue dans le monde de la teinture, un métier qu’elle exerçait malgré son âge et qui était, selon sa fille Fanta Dao «une grande fierté pour elle».
Mme Dao Ouassa Dembélé repose désormais au cimetière de Lafiabougou où elle a été conduite, hier mercredi, par une foule composée de parents, de voisins et de responsables sportifs du pays. Elle laisse derrière elle, cinq orphelins et un époux inconsolables.
Dors en paix, jumelle !
Seïbou S.
KAMISSOKO
Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse