Mopti : LA CAMPAGNE AGRICOLE CONNAÎT UN DÉMARRAGE DIFFICILE

0
387

L’office riz Mopti contribue à l’autosuffisance alimentaire dans le pays


La campagne agricole 2018-2019 a connu un démarrage difficile en 5ème région dû à l’installation tardive des pluies. Pour la décade du 21 au 31 juillet, des poches de sécheresse ayant provoqué par endroits l’arrêt des semis, le fléchissement ou même le dessèchement des plants. Cette situation a mis les paysans dans une posture d’accablement, avec une influence notoire sur les prévisions en terme d’emblavure restée inférieure à celle de la précédente campagne.
Les objectifs de superficies emblavées sont de 813.564 hectares avec une réalisation de 730.358 hectares, soit 90% en cultures sèches (maïs, sorgho, mil, fonio) au 31 juillet contre 813.564 hectares en 2017. A la même période, les réalisations en riziculture sont de 130.959 hectares, soit 48% de l’objectif global. Concernant les cultures de rente (niébé, arachide), les réalisations sont de 48.237 hectares sur une prévision de 58.582 hectares soit 82%. Les réalisations en sésame sont de 8.786 hectares contre 9.303 hectares en 2017 et ceux du voandzou sont de 7.805. Les semis ont été très timides dans la décade, car les conditions agro-météorologiques ne s’y prêtaient pas.
Avec la normalisation de la situation pluviométrique dans la première décade du mois d’août, les semis se poursuivent activement en riziculture de submersion contrôlée et libre. Selon les données du bulletin décadaire de suivi des cultures de la direction régionale de l’Agriculture, le cumul pluviométrique saisonnier enregistré depuis le 1er mai a été supérieur dans la localité de Mopti. Il a été inferieur dans toutes les autres localités par rapport à la campagne écoulée sauf dans la localité de Djenné, où il a été supérieur. Le même document indique que la situation hydrologique a été marquée par l’installation de la crue sur le Niger et le Bani. A la date du 31 juillet 2018 le bulletin indique que les hauteurs d’eau sont supérieures à celle de l’année dernière sur le Niger et le Bani. Cette situation présage un espoir, à en croire, Daouda Koné, chef de division conseil et vulgarisation agricole à la direction régionale de l’Agriculture de Mopti.
La situation sécuritaire, la mauvaise répartition des pluies dans le temps et dans l’espace, le retard de la crue, la présence d’oiseaux granivores observée dans les localités de Dialloubé et Koubaye dans le cercle de Mopti sont, entre autres, des contraintes identifiées par les services techniques d’agriculture et les producteurs. Dans la région, on constate aussi que les premiers semis sont au stade levée feuille du riz, stade de tallage et début montaison pour les cultures sèches, levée feuille et début ramification par endroits pour les légumineuses alimentaires.
Selon les notes techniques de la direction régionale de l’Agriculture, les paysans bénéficient comme par le passé du soutien des pouvoirs publics en termes d’appui-conseils et de mise à disposition des intrants subventionnés. On note avec satisfaction la mise en place des engrais et le démarrage de la délivrance des autorisations d’achat sur la base des listes de producteurs approuvées par la profession agricole.
Pour la campagne en cours, en 5ème région, ils sont 128.623 producteurs de céréales, dont 24.942 femmes, soit 21% ayant déjà bénéficié d’engrais subventionnés. Le total des intrants mis en place est de 12.081 tonnes sur une prévision de 29.192 tonnes, dont 2.911 tonnes d’urée, 1.225 tonnes de DAP, 7.924 tonnes NPK et 16 tonnes pour les engrais organiques. Les inscriptions des producteurs se poursuivent afin de prendre en charge les retardateurs sur les quantités additionnelles octroyées par la Direction nationale de l’Agriculture. Les principaux fournisseurs (Toguna SA, Arc-en-ciel, Houloulou et fils et Planète distribution) poursuivent normalement les livraisons. Aux efforts louables de l’Etat, on note spécifiquement la mise à disposition des producteurs de la Région de 11.126 tonnes de semences (mil, sorgho, riz, niébé), 30 groupes motopompes en appui aux cercles vulnérables de Djenné, Mopti, Youwarou et Ténenkou, 260 repiqueuses manuelles de riz et 100 décortiqueuses manuelles de maïs.
Le technicien Daouda Koné a, au nom des hautes autorités, félicité et remercié l’ensemble des partenaires qui accompagnent le Mali et particulièrement la Région de Mopti dans sa lancinante lutte contre la faim. Il s’agit, entre autres, de la FAO/OSRO qui a octroyé aux producteurs 600 kg de semences de riz WAPP, 825 kg de la semence de riz « Yiriwa malo » et 800 kg de niébé. L’ONG Albarka a appuyé 100 ménages avec 420 kg de semences de mil et 200 autres avec 120 kg de niébé. Dans la zone de l’Office Riz Mopti, WAAPP-2A a fourni 7000 kg de semence de riz aux paysans. Il a aussi cité la FAO qui a octroyé 1.200 kg de semence de riz et une tonne d’engrais minéraux.
La situation phytosanitaire est jugée relativement calme dans l’ensemble. Un des constats majeurs est que la situation alimentaire reste normale avec des réserves faibles et le prix des céréales a connu une légère hausse. La direction régionale de l’Agriculture conseille aux producteurs de la Région, la recherche d’intrants de qualité, la participation aux échanges, les formations visant à renforcer leur capacité en maîtrise des itinéraires techniques de production et la recherche de variété précoces pour le mil/sorgho et niébé.
Dramane
COULIBALY
AMAP-Mopti

Laisser une réponse