Mopti : Un projet pour contribuer à la stabilisation et la restauration de la cohésion sociale

0
102

Le projet sera mis en œuvre dans 24 communes des Cercles de Djenné et Bankass

Dans la Région de Mopti comme partout au Mali, la problématique de la gestion du foncier est un véritable catalyseur des conflits intra et intercommunautaires. Pour trouver une réponse à ces conflits dont les décisions administratives et les arrêts des cours et tribunaux n’arrivent pas dans la plupart des cas à régler, le gouvernorat de la Région de Mopti, en partenariat avec l’ONG Association malienne d’éveil pour le développement durable (Amedd), a initié le projet intitulé «Projet d’appui à la cohésion sociale à travers la dynamisation des commissions foncières communales et villageoises (COFO) dans la Région de Mopti».

Financé à plus de 204 millions Fcfa par la Minusma à travers le Fonds fiduciaire des Nations unies, pour une durée de 12 mois, le projet sera mis en œuvre par l’ONG Amedd dans 24 communes des Cercles de Djenné et Bankass dans la Région de Mopti. Son objectif est de contribuer à la stabilisation et la restauration de la cohésion sociale dans la Région de Mopti à travers une bonne gouvernance foncière et pastorale pour une cohabitation pacifique entre les différentes communautés.

Le projet a été lancé au cours d’un atelier tenu les 22 et 23 juillet derniers à la Chambre de commerce et d’industrie de Mopti. La cérémonie d’ouverture, présidée par le gouverneur de la région, le général Abdoulaye Cissé, s’est déroulée en présence de plusieurs personnalités, dont le président du Conseil régional, Abdoulaye Garba Maïga, le représentant du chef de bureau de la Minusma, Jens Kristensen, le directeur général de l’ONG Amedd, Bougouna Sogoba.

Le directeur général de l’ONG Amedd a, dans son intervention, présenté sa structure qui existe au Mali depuis 20 ans avec son siège national à Koutiala et des sous-bureaux à Bamako, Ségou, Bougouni, Sikasso et Mopti. Avec plus de 125 employés, Amedd a pour zone d’intervention le Mali, le Burkina Faso et le Ghana. Bougouna Sogoba a indiqué qu’avec l’expérience acquise dans la gestion des projets antérieurs et les 20 en cours d’exécution dans les différents pays avec l’accompagnement de tous, l’ONG Amedd entend relever le défi des résultats escomptés en termes d’anticipation des conflits.

« Si nous arrivons à faire comprendre à nos communautés, déjà éprouvées par le quotidien, qu’il y a un cadre légal et local de discussion des litiges fonciers sans arriver aux conflits et affrontements parfois meurtriers, nous aurons réussi une noble mission», a souligné, pour sa part, Jens Kristensen, ajoutant que la Minusma, depuis sa présence dans la région, accorde un intérêt particulier à la question du foncier parce que les activités socio-professionnelles des communautés, notamment l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’exploitation des produits forestiers sur un même espace, la rareté des ressources, les sécheresses et le changement climatique attisent les conflits. Selon lui, la sélection des deux cercles (Bankass et Djenné) pour ce premier projet pilote découle du besoin de mieux comprendre et saisir les dynamiques dans la zone exondée à travers le cas de Bankass et la zone inondée celui de Djenné.

« Les expériences et les leçons apprises poseront les jalons pour un projet qui couvrira toute la région», a-t-il conclu. Le chef de l’exécutif régional a salué l’aboutissement de ce projet qui suscite beaucoup d’espoir pour la région du fait qu’il propose une solution à la problématique de la gestion du foncier plus particulièrement rural, source de beaucoup de controverses. Le général Abdoulaye Cissé a rappelé l’engagement de notre pays pour la sécurisation du foncier agricole se traduisant par l’adoption de plusieurs textes législatifs et règlementaires, dont la loi N°2017-001 du 11 avril portant sur le foncier agricole et ses décrets d’application et la loi N°06-45 du 5 septembre 2006 portant Loi d’orientation agricole et ses décrets d’application.

Selon lui, l’organisation de cette rencontre de partage s’inscrit dans une dynamique d’harmonisation de la compréhension et des points de vue des spécialistes sur les textes et lois régissant la gestion du foncier au Mali d’une part et d’autre part, d’échange sur les outils de sécurisation foncière. Il a salué l’engagement de la Minusma à accompagner la mise en œuvre de ce projet et l’ONG Amedd chargée de son exécution. Le général Cissé a assuré les partenaires de la totale disponibilité des autorités régionales, locales et communales à accompagner le projet pour en faire un exemple de réussite dans la pacification de notre pays.

Dramane COULIBALY
Amap-Mopti

Laisser une réponse