Nos expatriés : Agueissa Diarra en route pour l’hexagone?

0
387

Agueissa Diarra (balle au pied) lors d’une séance d’entraînement

Trois clubs français sont en contact avec l’agent de la meilleure réalisatrice de la première édition du Tournoi UFOA des Dames. Il s’agit de l’En-Avant Guingamp, de Fleury et Montpellier

L’attaquante des Super Lionnes d’Hamdallaye, Agueissa Diarra rejoindra-t-elle l’Europe la saison prochaine ? La question mérite d’être posée, quand on sait que depuis quelques mois, l’internationale malienne est suivie par des clubs français. Parmi ces équipes figurent l’En-Avant Guingamp où évolue son ancienne coéquipière chez les Lionnes, Aïssata Traoré, Montpellier et Fleury. Toutes ces formations évoluent en première division française.

L’attaquante des Aigles Dames a été l’une des joueuses les plus en vue de la première édition du Tournoi UFOA des Dames qui s’était déroulée en Sierra Leone, marquant 7 buts en 5 matches, avec en prime, le trophée de meilleure réalisatrice de la compétition (la sélection nationale féminine s’est hissée en finale, avant d’échouer face au Sénégal, 0-3).

Les prestations de la joueuse des Super Lionnes ont sans doute été suivies par les clubs étrangers, notamment français et il y a fort à parier que la canonnière quitte le Mali dans les prochains mois, voire les prochaines semaines pour aller monnayer son talent à l’extérieur.
Dans une interview accordée la semaine dernière au site Cafonline, l’ancienne sociétaire de Super club, a confié que son agent est en contact avec les trois clubs français cités plus haut, ajoutant que pour le moment, elle n’arrive pas à choisir.

«Je suis flattée du fait que ces clubs (Guingamp, Montpellier et Fleury) s’intéressent à moi, j’espère que mon agent trouvera rapidement un accord avec l’un d’eux», a indiqué Agueissa Diarra. «C’est difficile de faire un choix entre ces trois équipes, mais j’avoue honnêtement que j’ai un petit penchant pour Guingamp où évolue mon ancienne coéquipière Aïssata Traoré. Ce serait formidable qu’après les Super Lionnes, on se retrouve dans un même club», a glissé la meilleure réalisatrice du Tournoi UFOA des Dames

Agueissa Diarra a commencé sa carrière à Super club de notre regretté Issa Camara dit Super. Elle passera sept ans dans ce club, avant de rejoindre les Super Lionnes d’Hamdallaye du président Papa Séyan Keïta en 2017. Animatrice principale de la ligne d’attaque des Aigles Dames avec Bassira Touré, elle est considérée comme l’une des joueuses les plus douées de sa génération. Son intelligence dans le jeu, sa vitesse d’exécution et surtout son efficacité devant les buts ont fait d’elle un élément incontournable du dispositif tactique du sélectionneur national, Mohamed Saloum dit Houssei.

«Dans la société malienne où les femmes reçoivent peu ou pas de soutien pour faire du sport, les parents s’opposent souvent au football des filles. Cela n’a pas été mon cas, je peux même dire que c’est grâce à ma famille, notamment mon frère-ainé et ma sœur-aînée qui m’ont permis d’être là où je suis aujourd’hui. Non seulement ces deux personnes m’encouragent à faire du sport, mais en plus, mon frère-aîné m’accompagne très fréquemment aux séances d’entraînement», a fait remarquer l’attaquante des Super Lionnes, avant de revenir sur la finale perdue face au Sénégal au Tournoi UFOA des Dames.

«C’est un très mauvais souvenir. Certes, j’ai réalisé un grand tournoi sur le plan individuel, en inscrivant 7 buts en 5 rencontres et en remportant le trophée de meilleure butteur de la compétition. Mais le fait d’avoir échoué en finale m’a beaucoup touché», a avoué l’internationale malienne qui a commencé à taper dans le ballon dès l’âge de 7 ans, sous la houlette de feu Issa Camara.

Parlant de la prochaine CAN-féminine, Agueissa Diarra martèlera que cette compétition sera placée sous le signe de la revanche pour la sélection nationale. «Nous devons affronter le vainqueur du match Sénégal-Libéria qui était prévu au mois d’avril mais qui a été reporté pour cause de la Covid-19. Personnellement, je vois l’équipe sénégalaise au second tour et j’ai hâte de retrouver ce pays, après notre lourde défaite au Tournoi UFOA. Ce sera le match de la revanche pour nous et mes coéquipières et moi, allons tout faire pour décrocher le billet de la phase finale.

Que ce soit le Sénégal ou le Liberia, notre objectif est clair : c’est la qualification pour la CAN», martèle la joueuse de 22 ans (Agueissa Diarra est étudiante en 2è année, droit privé) qui a participé à sa première CAN en 2018 au Ghana où le Mali a été éliminé en demi-finale.

Djènèba
BAGAYOKO

Laisser une réponse