Noumoubougou : La décharge d’ordures pollue la vie des habitants

0
143

Créée en 2014, la décharge d’ordures de Noumoubougou dans la Commune rurale de Tienfala est composée de trois cellules qui sont aujourd’hui débordées.  La gestion de cette décharge est devenue un vrai casse-tête pour la population locale. La ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Bernadette Keïta, s’est récemment rendue sur place, afin d’y trouver une solution.

À son arrivée, la délégation ministérielle a été accueillie par le chef de division de l’environnement, Niarga O. Dembélé, le directeur national de l’assainissement et du contrôle des pollutions et des nuisances, Ousmane Sidibé et le maire de Noumoubougou, Samou Sissoko.

La ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a brièvement expliqué l’objet de sa visite qui consiste à trouver une solution aux problèmes qui se trouvent dans cette décharge.
Après avoir visité le site, Mme Bernadette Keïta a déclaré que tout le monde doit se sentir interpellé par rapport à la situation qui prévaut à Noumoubougou, particulièrement le département qu’elle dirige.

La ministre en charge de l’Environnement est venue pour trouver une solution à la situation

«Les habitants de Noumoubougou sont des Maliens comme tout le monde. Nous avons pris bonne note de ce que nous avons vu et tout sera fait pour trouver une solution. La Transition est courte, mais nous poserons un acte digne de ce nom», a-t-elle promis.

Mme Bernadette Keïta a exhorté la population de Noumoubougou à rester sereine et surtout à garder espoir. «Les gens viennent déposer leurs ordures non pas dans les cellules mais à côté de celles-ci. En conséquence, les eaux des puits du village sont aujourd’hui polluées», a fait remarquer la ministre de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable.

De son côté, le maire de Noumoubougou expliquera que c’est le manque d’organisation des dépôts de déchets qui a entraîné cette situation désagréable.

«Les déchets ne sont pas versés dans les cellules mais en dehors. L’eau polluée venant des déchets a détruit nos champs de riz. Nos puits ont été affectés et il n’y a presque plus d’eau potable dans le village», a témoigné Samou Sissoko, ajoutant que les habitants de la localité sont aujourd’hui exposés à plusieurs maladies.

Aminata Diarra

Laisser une réponse