Office de développement rural de Selingué: De grandes ambitions pour la prochaine campagne

0
169

Le budget prévisionnel 2020 s’élève à 1,2 milliard de Fcfa

Plus de 81.352 tonnes de céréales, soit une augmentation de 19,29% par rapport à la campagne agricole précédente, c’est ce que vise l’Office de développement rural de Selingué (ODRS) pour la campagne prochaine.
Cette augmentation de la production sera soutenue par l’extension des superficies du riz en maîtrise totale, l’intensification de la culture du maïs hybride, l’organisation des acteurs de la filière maïs, entre autres. L’annonce a été faite, lundi dernier à Sélingué, par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Lassine Dembélé, à la faveur de la 25è session du conseil d’administration de l’ODRS, un établissement public à caractère administratif qui contribue à la satisfaction des besoins alimentaires et nutritionnels de la population.
Le budget prévisionnel 2020 de l’Office s’élève à 1, 2 milliard de Fcfa. «Si on parvenait à avoir ça au niveau du budget national, cela va nous permettre de poursuivre d’autres activités en matière d’aménagement», espère le directeur général de l’ODRS, Hamidou Coulibaly qui a fait savoir que la réhabilitation en cours du périmètre de Sélingué et d’autres aménagements en cours au niveau de Kotoba vont permettre de réaliser 200 ha supplémentaires pour la zone ODRS.
En plus, le redémarrage du volet «ré-végétalisation» du projet de renforcement de la sécurité alimentaire par le développement des cultures irriguées a permis d’améliorer le niveau de la production des plants, 115 033 pieds, toutes espèces confondues sur une prévision de 30.000, soit, 50, 11%. Au plan de la pêche et de la pisciculture, la production annuelle de poisson est passée de 1 976 tonnes en 2018 à 2 175,06 tonnes en 2019 (une augmentation de 10,07%). Malgré ces points positifs, l’ODRS a achoppé sur un certain nombre de défis liés au retard de la mise en place des engrais subventionnés, l’insuffisance de la main d’œuvre agricole due à l’orpaillage, la vétusté du réseau de drainage. Pour le directeur général, le dragage représente aussi pour sa zone un grand obstacle. Son service, a-t-il dit, travaille avec les autorités compétentes pour lutter contre ce fléau.

Khalifa DIAKITÉ

Laisser une réponse