Opération «Nuit sans accident» : Les vertus de la prudence sur la route

0
493

Le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine Ibrahima Abdoul Ly donne des conseils à un usager de la route

Le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, Ibrahima Abdoul Ly, a lancé, la nuit du 31 décembre 2019 au 1er janvier 2020, l’opération contrôles routiers dénommée : « Nuit sans accidents », qui vise à réduire considérablement les accidents de la route en cette nuit festive. Organisée par l’Agence nationale de la sécurité routière (Anaser), en partenariat avec le Conseil national de la jeunesse (CNJ) et la Compagnie de la circulation routière (CCR), le coup d’envoi de l’opération a été donné au rond-point du Palais de la culture.
Pour la réussite, cette année, de l’opération 300 policiers, quatre équipes de patrouille motorisée, deux équipes munies d’éthylotest ont été mobilisés par la CCR. S’y ajoute la mobilisation par le CNJ de plus de deux mille jeunes pour sensibiliser les usagers, en les invitant à la prudence et en les prévenant des dangers liés à certaines conduites risquées.
Pour ce faire, les policiers étaient munis de radars portatifs, de matériels de contrôle de vitesse pour constater des cas d’excès de vitesse et d’appareils de contrôle du taux d’alcool. Aussi, les flics n’hésitaient pas à rappeler à l’ordre ceux ou celles qui enfreignaient aux règles de bonne conduite sur la route.
Ainsi, après avoir donné le coup d’envoi, les trois ministres ont procédé à la sensibilisation des usagers de la route. Toutefois, force était de constater avec bonheur et satisfaction qu’ils étaient nombreux, ce soir-là, les usagers de la route (automobilistes et ou motocyclistes) qui respectaient les règles et code de conduite sur la route. Tel était le cas de cet usager. Habillé en chemise noire, sa ceinture de sécurité était bien en place. Le ministre Ibrahima Abdou Ly lui a conseillé de rouler prudemment.
Pour le ministre des Transports et de la Mobilité urbaine, les gens qui sortent pour faire la fête, doivent rentrer chez eux surtout sains et saufs. Pour cela, il faut une bonne attitude sur la voie durant toute la nuit, des comportements responsables : le port de la ceinture, le port du casque, l’interdiction de parler au téléphone au volant, de la conduite en état d’ébriété. « Les gens doivent éviter aussi la conduite sous l’effet des stupéfiants et se garder de conduire après une soirée un peu trop arrosée », a conseillé le ministre Ly.
Pour sa part, le président du CNJ a rappelé qu’en 2018, la même opération a permis d’enregistrer moins d’accidents que l’année précédente. Donc, la « Nuit sans accident », c’est de rappeler aux uns et aux autres qu’on peut bien faire la fête avec prudence, a rappelé Amadou Diallo.
Une innovation en vue. « Nous n’allons plus attendre la fin de l’année pour sensibiliser les usagers. Nous avons décidé, après le 31 décembre, de créer un cadre entre la protection civile, le CCR et le CNJ afin de travailler tout au long de l’année pour inciter les usagers au respect du Code de la route et à rouler prudemment », a révélé le nouveau patron du CNJ.
A rappeler que cette opération de sensibilisation s’est déroulée durant toute la nuit au niveau d’une dizaine de carrefours du District de Bamako, trois marchés (Diafarana, Niamana, Yirimadjo) et des lieux de loisir. Son lancement a eu lieu en présence des ministres de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, de la Jeunesse et des Sports, Arouna Modibo Touré, de la directrice de l’Anaser, Diadji Sacko et d’une foule de jeunes mobilisés par l’Anaser à cet effet.

Amadou
GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse