Organisation des entreprises de la construction du Mali : Une année 2019 laborieuse

0
271

L’Organisation des entreprises de la construction du Mali (Opecom) a tenu sa 10è Assemblée générale ordinaire placée sous le signe du rassemblement. Ce, afin de mieux faire face aux énormes défis de la construction au Mali. La rencontre qui s’est tenue, samedi dernier au Conseil national du patronat du Mali (CNPM), a été coprésidée par la ministre des Infrastructures et de l’Équipement, Mme Traoré Seynabou Diop et celui de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social, Hama Ould Sidi Mohamed Arbi. On notait aussi la présence des présidents de l’Opecom et du Patronat, respectivement Boubacar Diallo et Mamadou Sinsi Coulibaly.
Cette 10è Assemblée générale avait pour objectif d’évaluer le bilan de l’année écoulée. Pendant une journée, des spécialistes ont débattu des ressources financières de l’organisation et de leur utilisation. «L’année 2019 a été celle de la plus grande résilience pour nos entreprises. Les difficiles conditions sécuritaires ont fragilisé nos activités. Elle a été une année d’interpellation qui n’a pas eu l’accompagnement financier souhaité», a exposé le président de l’Opecom, qui n’a pas manqué de saluer le soutien du département des Infrastructures et de l’Équipement.
En 2019, le règlement des factures n’a pas été proportionnel à l’avancement des travaux, a déploré Boubacar Diallo, signalant que les intérêts débiteurs bancaires et les impôts à payer ont compromis les bénéfices des entreprises routières. Face à ces difficultés, le président Diallo a regretté la fermeture de plusieurs entreprises du BTP. Pour lui, ces entrepreneurs fondent beaucoup d’espoir sur 2020 afin de reprendre les activités.
La solution, à son avis, pourrait passer par une réduction des taxes. À ce sujet, le patron de l’Opecom a souhaité un dialogue entre les entreprises du BTP et les services de l’assiette. «Les entrepreneurs du BTP souhaitent des critères de qualification et incitatifs correspondant à leur statut actuel», a plaidé Boubacar Diallo.
L’année 2019 n’a pas été que misère pour le secteur. Elle a été surtout une année d’écoute et de dialogue. Cela, à travers la célébration du Mois de la ville, en octobre dernier, et qui a rassemblé tous les acteurs du BTP aux côtés du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et du Logement social. Des moments d’échange et de partage inclusifs et participatifs, a salué Boubacar Diallo,
En dépit de nombreuses difficultés rencontrées en 2019, Mme Traoré Seynabou Diop a noté que les règles mentionnées dans les contrats liant son département aux entreprises de construction routière ont été respectées. La ministre des Infrastructures et de l’Équipement a aussi attiré l’attention sur certains aspects jugés importants. À ce titre, elle a, entre autres, cité la collaboration entre l’Opecom et l’Institut national pour la formation professionnelle en bâtiment et travaux publics (INFP/BTP) et les efforts de l’Opecom visant à améliorer la qualité des ressources humaines des entreprises du BTP.
Amadou B. MAÏGA

Laisser une réponse