Paix et cohésion sociale : Une caravane pour prêcher la bonne parole

0
190

Le ministère de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale a lancé, vendredi dernier, une campagne baptisée caravane «pour la paix, la cohésion et la restauration de la citoyenneté dans les communes du District de Bamako». Les caravaniers ont été mis en route par le secrétaire général dudit département, Attaher Ag Kinane.

Organisée en collaboration avec ses partenaires notamment le Projet d’appui à la stabilité pour la paix (PASP/GIZ), cette campagne est mise en œuvre en partenariat avec l’Association pour la restauration de la citoyenneté et le développement (ARCD), portée sur les fonts baptismaux en novembre 2019.

Il s’agit, à travers cette caravane, d’expliquer aux populations le contenu de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, a précisé Attaher Ag Kinane en donnant le top départ des caravaniers. Il s’agira également, selon le secrétaire général, de sensibiliser les habitants de Bamako aux idéaux de paix, en vue de préserver les valeurs de solidarité, d’entraide et de tolérance qui caractérisent notre peuple.
Ainsi, trois jours durant, les jeunes de l’ARCD sillonneront les six communes de la capitale et véhiculeront à l’occasion des messages de sensibilisation et de mobilisation. Les messages porteront sur le thème : «Le vivre ensemble pour un développement harmonieux, la paix, la diversité culturelle, c’est le socle de la stabilité…»

Intervenant avant le départ des caravaniers, le président de l’ARCD a remercié le ministère en charge de la Cohésion d’avoir accédé à sa requête en organisant cette caravane pour la paix et le vivre ensemble. Surtout en ces moments où notre pays traverse une crise sécuritaire et sociopolitique sans précédent, a souligné Abdalla Yattara.

Pour lui, cette campagne sera un moyen de mobiliser les efforts de la population en faveur de la paix, de la tolérance et de l’inclusion. Elle permettra également, selon M. Yattara, de promouvoir la solidarité et l’harmonie dans la différence et la diversité en vue de bâtir un Mali viable reposant sur la paix et la concorde. Car, a-t-il précisé, vivre ensemble en paix, c’est accepter les différences, être à l’écoute de l’autre, faire preuve d’estime pour lui, de respect et de reconnaissance envers autrui.

Siné S. TRAORÉ

Laisser une réponse