Personnes atteintes d’albinisme : LES CAS D’AGRESSION SE MULTIPLIENT

0
709

Trois mois après le meurtre sordide de la petite albinos Ramata Diarra à Fana, les parents des personnes atteintes d’albinisme s’inquiétaient de nouveau avec la tenue des élections. Cette période étant propice à des rituels dont les albinos sont des victimes désignées, parce que leurs bourreaux pensent qu’ils sont porteurs de forces positives.
Chez nous, on pense que si une femme conçoit en mauvaise période ou au clair de lune, l’enfant qu’elle attend deviendra albinos. Cette croyance est ancrée chez certaines personnes. Mme Maïga Aminata Traoré est présidente de l’Association malienne pour la protection des albinos (AMPA), dont le rôle consiste à sensibiliser les frères albinos en se constituant en une famille en vue de leur protection contre le soleil, la mauvaise vision et les personnes mal intentionnées. Pour cela, elle cherche des financements pour l’achat des lunettes, des vêtements longs et des crèmes de soleil en faveur de cette couche. Par ailleurs, Mme Maïga Aminata Traoré déplore les difficultés auxquelles sa structure est confrontée, avec comme seul partenaire l’ONG ‘’Axofem’’. L’AMPA, explique-t-elle, fonctionne seulement avec les cotisations de ses membres.
L’Association a enregistré dix tentatives d’enlèvement en 2018. Parmi ces cas, on peut citer ceux du secrétaire général de ladite association, Mahin Koita dit Albi et de son collègue qui ont tous été victimes de tentatives d’enlèvement. La présidente de l’association a été, elle aussi, plusieurs fois ciblée pour ses cheveux et ses ongles.
Mme Maïga a précisé que l’un des rôles de son association est de protéger les albinos au sein même de leurs familles. A ce propos, elle a rappelé le cas d’un membre qui est en pleine dépression, expliquant que le mariage de cette dernière était motivé par son albinisme. L’époux en contractant le mariage, confie notre interlocutrice, pensait devenir riche, mais malheureusement ce dernier, au contraire, a tout perdu. Pis, le mari la tient comme responsable de son échec. Traitée de tous les noms et exclue de la famille, celle qui, à nos yeux, paraît comme une victime, est dénommée ‘’la chienne galeuse’’ par tout son entourage, y compris son propre mari. Mère de deux enfants, elle a été secourue par l’association bienfaitrice dirigée par Mme Maiga. De plus, Mme Maïga cherche le soutien auprès des psychologues, car, dit- elle, la bonne dame est en pleine dépression.
Quand les albinos marchent dans la rue, ils savent que leurs jambes, leurs bras, leurs mains, leurs peaux, leurs langues, leurs cheveux et leurs sangs valent des millions. Pour cette raison, ils se cachent, évitent de marcher seuls ou s’abstiennent de sortir la nuit. Comment les personnes atteintes d’albinisme vivent cette période électorale? Pour apporter des éléments de réponses à cette interrogation, nous avons mené une enquête auprès des familles de personnes atteintes d’albinisme et des associations de défense.
Fatou Touré, coordinatrice de la ‘’Fondation Salif Keita’’, dira que sa structure a enregistré trois cas différents : un meurtre, un enlèvement et une attentive de kidnapping. Le cas d’un petit garçon albinos de 3 ans, dénommé ‘’Ancien’’ est illustratif. En 2017, l’enfant et sa maman marchaient dans la rue quand ils ont été agressés à coup de couteaux par des hommes non identifiés. Ils sont parvenus à s’en aller avec le petit garçon. Au jour d’aujourd’hui, on ne détient aucune nouvelle du môme. La mère, très affectée par cette sombre affaire, s’est refugiée dans son village vers Kita. Le second cas de la Fondation s’est produit à Pensoba, dans la région de Ségou. Cette fois Wassa, la victime, venait de chez des voisins lorsqu’elle a été kidnappée sous les yeux de son frère. Depuis ce jour, on n’est sans nouvelle d’elle. La famille compte sur la ‘’Fondation Salif Keita’’ pour faire la lumière sur cet enlèvement.
Une chose semble sûre, l’intelligence des personnes atteintes d’albinisme ne fait aucun doute. C’est ce qu’on constate avec Bamoussa. Aussi étonnant que cela puisse paraitre, il a pu duper son kidnappeur et le mettre derrière les barreaux. Vendeur d’eau fraiche à N’Golonina, un quartier de la commune II du district de Bamako, ce jeune homme âgé de 18 ans a été approché par une personne qui disait vouloir de ses vêtements et qui en même temps tenait à l’amener de force. Ayant coopéré dans un premier temps, en lui donnant rendez vous vers 15 heures, Bamoussa a piégé son agresseur qui a été pris la main dans le sac. Cette affaire est suivie de près par la coordinatrice de la ‘’Fondation Salif Keita’’. «Les malfrats ont agi au nom du fils d’un grand marabout de ce pays. Ils sont remontés jusqu’au niveau de Salif Keita en personne pour l’intimider par ce qu’ils se disent puissants et se sentent au dessus de la loi », explique-t-elle.
Les personnes atteintes d’albinisme qui n’appartiennent à aucune structure sont les plus exposées. Pour preuve, Fatoumata Coulibaly, 13 ans et son jeune frère Moussa Coulibaly, 9 ans, sont tous deux atteints de cette ‘’anomalie’’. La fillette témoigne que devant son école, un quidam lui a tendu une pièce de 100 F FCA emballée dans un tissu ‘’percal’’. La fillette dit avoir refusé de prendre l’argent, ce qui n’était pas l’avis de sa copine, qui non seulement a pris le jeton, mais elle a aussi acheté une sucette. Elle a, à peine, mangé le bonbon que sa peau est devenue noire. Les enseignants ont cherché en vain ‘’ le malfaiteur ’’.
Awa Kané est mère de six enfants dont quatre albinos. Elle s’inquiète plutôt de quoi nourrir sa progéniture . Pour preuve, ses jumelles atteintes d’albinisme sillonnent la ville pour demander l’aumône. Craindre la vie, la santé ou la maladie, Awa et ses enfants n’y pensent pas, car comme on le dit, ventre affamé n’a point d’oreille.
Au regard de tout qu’on a vu, entendu, rien ne peut justifier tant d’ atrocités envers ces personnes innocentes. Les albinos ont donc besoin de la protection de nous tous.
Maïmouna SOW

Laisser une réponse