Planification familiale : UN CADRE DE RÉFÉRENCE DE TOUTES LES INTERVENTIONS

0
265

Le ministre Sidibé (c) a mis l’accent sur les multiples avantages de la Planification familiale

Le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Michel Hamala Sidibé, vient de lancer le Plan d’action national budgétisé (PANB) de planification familiale. C’est un programme qui a été développé pour servir de cadre de référence à toutes les interventions de promotion et d’offre de services de planification familiale sur la période 2019-2023. Ce document national, élaboré de façon participative, souligne l’importance de la mise en œuvre d’une approche multisectorielle et inclusive permettant à divers secteurs et acteurs d’apporter leurs contributions dans l’atteinte de l’objectif ambitieux d’une prévalence contraceptive moderne de 30% d’ici 2023. Il mobilisera un peu plus de 72 milliards de Fcfa sur la période.
La rencontre a enregistré la participation du chef de file des partenaires techniques et financiers et représentante résidente de l’UNFPA (Fonds des Nations unies pour la population), Mme Josiane Yaguibou, et d’autres acteurs de la planification familiale.
Selon le ministre de la Santé et des Affaires sociales, la mise en œuvre de ce plan permettra d’atteindre des résultats concrets. Elle contribuera, selon les prévisions, à éviter 582.000 grossesses non désirées, 208 avortements risqués et le décès de 2.500 mères.
La stratégie du PANB a été construite sur la base d’une compréhension globale des problèmes des défis et des opportunités de la planification familiale, des programmes en cours et des politiques en vigueur au Mali. Le document s’articule autour de 5 axes stratégiques : la création de la demande, l’offre et l’accès aux services, la sécurisation des produits, la politique, l’environnement habilitant, le financement et la supervision, la coordination et le suivi évaluation.
La contribution de l’ensemble des acteurs du public et du privé dans le cadre des interventions en perspective a été prise en compte pour répondre globalement aux défis aux niveaux national, régional et communautaire. Pour lui, la planification familiale est une stratégie, plus efficiente, pour sauver des vies et améliorer la santé des jeunes et des femmes. Elle représente une intervention moins coûteuse, plus rentable et à l’impact le plus durable sur la santé. C’est un service qui aide à transformer la société et faire en sorte que les femmes puissent participer à la construction de notre économie, a expliqué Michel Hamala Sidibé.
Mais il a aussi déploré le fait qu’elle est ignorée en tant que stratégie essentielle pour améliorer la santé des populations les plus démunies. Le ministre a souligné que les femmes en Afrique ont une chance sur 22 de mourir des causes liées à la grossesse et à l’accouchement. Mais il a soutenu que notre gouvernement s’est engagé sur la planification familiale tant au niveau national qu’international pour réduire considérablement la mortalité maternelle et infantile.
Michel Hamala Sidibé a également indiqué que ce service pouvait être une réalité même au niveau des centres de santé communautaire. Il faudrait donc investir dans la formation et faire en sorte que la décentralisation soit une réalité. En somme, qu’il y ait une meilleure adéquation entre l’offre et la demande de soins. Selon le ministre Sidibé, le meilleur indicateur de santé publique devrait être de sauver des vies. Il a estimé qu’il ne s’agit pas d’augmenter la couverture mais plutôt de sauver des vies.
Mme Josiane Yaguibou a déclaré qu’il y a des bons résultats et des moins bons qui ont indiqué que l’évolution des différents indicateurs est directement liée à la planification familiale. Elle a aussi souligné qu’il y a des défis à réléver pour resoudre les objectifs de ce plan d’action qui est doté d’une approche innovante.
Evoquant l’alimentation de la ligne budgétaire du gouvernement, elle a encouragé l’Etat à s’inscrire dans la dynamique du fonds supplémentaire qu’offre le mécanisme de Billes et Melinda Gates pour améliorer l’accès aux contraceptifs. La représentante des partenaires a assuré sur l’engagement des siens à atteindre les objectifs en matière de planification familiale.
Fatoumata NAPHO

Laisser une réponse