Point de presse de la Minusma : La situation des activités menées

0
300

Dans le cadre de sa mission de protection des civils, la police de la Minusma (UNPOL) a
accompli 678 patrouilles du 9 au 24 août 2019 dont 172 patrouilles conjointes avec les forces de sécurité maliennes

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma) a présenté, hier, les dernières activités qu’elle a menées dans notre pays. C’était à la faveur d’un point de presse animé par le porte-parole adjoint de l’organisation onusienne, Olivier Salgado, en présence du commandant Jean François de la cellule des opérations de la force de la Minusma.
A l’entame de son intervention, Olivier Salgado a expliqué que le chef de la Minusma, Mahamat Saleh Annadif a, effectué du 10 au 13 août dernier, une visite à Tessalit et à Kidal. Au cours de cette mission, il a notamment abordé avec les autorités, les notabilités locales ainsi que les représentants du HCUA et du MNLA les questions de la révision constitutionnelle, de la situation sécuritaire et du régime de sanctions. Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a également réitéré l’importance de la pleine participation de tous au dialogue politique inclusif en cours, mais aussi du renforcement de la confiance et de la collaboration de tous pour une accélération de la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale.
Selon Salgado, ce mois d’août a été aussi marqué par la rencontre du patron de la Minusma avec le nouveau président de la République islamique de Mauritanie, Mohamed Ould Cheikh El Gazouani. Au cours de leurs entretiens, les deux personnalités ont fait le point sur la situation sécuritaire et l’évolution de la mise en œuvre de l’Accord.

Sur le plan sécuritaire, le conférencier a fait savoir que la Minusma a procédé, mardi dernier, à l’évacuation par hélicoptère des victimes de l’attaque du véhicule des FAMa par un engin explosif improvisé (EEI) dans la Région de Mopti. Depuis le début de l’année 2019, a-t-il précisé, 116 civils ont été tués ou blessés par des engins explosifs. Face à l’ampleur de cette menace, a ajouté Olivier Salgado, la Minusma a formé durant dix semaines et équipé des équipes spécialisées afin de renforcer leurs compétences techniques et opérationnelles. Une formation qui s’inscrit dans les priorités stratégiques de la mission onusienne, notamment l’appui pour la stabilisation et le rétablissement de l’autorité de l’Etat.
Dans le cadre de sa mission de protection des civils, le responsable onusien a indiqué que la police de la Minusma (UNPOL) a accompli 678 patrouilles du 9 au 24 août 2019 dont 172 patrouilles conjointes avec les forces de sécurité maliennes. Objectifs : atténuer les activités criminelles, les menaces et les attaques par engins explosifs improvisés dans ces localités.

Parlant du DDR, le principal animateur du point de presse a rapporté qu’à la date du 27 août, 1135 anciens combattants du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) avaient été transportés des Régions de Tombouctou, Gao et Kidal vers les différents camps militaires de formation de Ségou et de Koulikoro.
Par ailleurs, le porte-parole de l’organisation onusienne a affirmé que du 10 au 16 août dernier, leur division des droits de l’Homme et de la protection a enregistré 21 incidents sécuritaires qui ont eu un impact négatif sur la situation des droits de l’Homme et de la protection. Selon lui, ces violations des droits de l’Homme ont été causées par des groupes d’autodéfense communautaires dans la Région de Mopti et des membres de groupes extrémistes violents dans celle de Tombouctou. L’installation de 60 lampadaires solaires, à Anéfis l’enregistrement de l’état civil de 500 enfants âgés de 0 à 14 ans dans les Cercles de Kidal et Tin-Essako sont, entre autres, des projets réalisés par la Minusma dans ces zones durant ce mois d’août.
Selon Olivier Salgado, la Minusma a appuyé la 2e édition du festival international du Faguibine, à Goundam du 25 au 27 août dernier, l’amélioration substantielle du périmètre agricole de plus de 50 femmes regroupées au sein de la coopérative Sabou-Magnan à Djenné. Il a argumenté que ces actions visent à renforcer la cohésion sociale et économique.
Mohamed D.
DIAWARA

Laisser une réponse