Point de presse du Porte-parole du gouvernement : LE MINISTRE KOÏTA RASSURE SUR LA FIABILITÉ DU FICHIER ÉLECTORAL

0
301

La 13ème rencontre entre le Porte-parole du gouvernement et les journalistes a eu lieu samedi dernier au Centre d’information gouvernementale du Mali (CIGMA), sis à l’ACI 2000. Il s’agissait pour le ministre de la Jeunesse et de la Construction citoyenne, Porte-parole du gouvernement, Amadou Koïta, d’informer les populations, à travers les médias, sur les différents projets de loi adoptés et sur les différentes nominations intervenues en Conseil des ministres tenu vendredi. D’entrée de jeu, le ministre a qualifié de «riche» cette session en raison de la validation d’un certain nombre de marchés devant aboutir à la réalisation de projets de développement dans notre pays.
Donnant le détail du projet d’aménagement de 1.140 hectares dans la zone Office du Niger, le ministre Koïta a rappelé qu’il résultait de l’exécution du Programme gouvernemental d’aménagement qui envisage, dans son plan d’action 2014-2018, la mise en valeur de quelque 100.000 hectares de riz. C’est dans le cadre de ce vaste projet qu’entre l’aménagement des 1.140 hectares, a précisé le ministre.
A en croire M. Koïta, la réalisation de ce vaste programme vise, d’une certaine manière, à assurer la sécurité alimentaire mais aussi à créer les conditions d’une plus grande productivité pour permettre aux Maliens d’avoir accès à un riz de qualité.
Amadou Koïta a par ailleurs donné des éclaircissements sur le nouveau code minier (en phase de relecture), expliquant que l’Etat travaille d’arrache-pied à l’essor du secteur privé dans le domaine des mines qui représente 30 à 40% de notre budget.
Abordant la question du transfert des compétences de l’Etat aux collectivités dans le cadre de la décentralisation, le Porte parole a indiqué que ce projet a été adopté en conseil après plusieurs études, et qu’en la matière, le gouvernement a plutôt souci que cela se fasse de façon concomitante avec le transfert des ressources, et que ce faisant, il permette à nos collectivités décentralisées de mener à bien leurs missions. Faut-il rappeler que ce processus de transfert est en cours depuis près de deux décennies.
Une autre question évoquée lors de la rencontre fut la nomination de nouveaux gouverneurs. Sur ce point, le Porte-parole du gouvernement a tenu à expliquer que l’Etat est une continuité et que ce n’est pas au hasard qu’un cercle est érigé en région. Pour cela, il faut d’abord et avant tout engager des experts pour travailler sur les conditions et les critères de création des communes, des villages et des fractions. Ce qui suppose des moyens dont le manque justifie la démarche méthodique du gouvernement, a laissé entendre le ministre.
Le ministre a aussi fait part d’un projet de loi portant programme d’aménagement du territoire et qui va se traduire par, notamment, la construction de la direction de l’urbanisme en R+5 et par la mise en place au poste de contrôle des douanes à Diboli (frontière Mali-Sénégal) d’un espace de stationnement des engins gros porteurs .
Enfin et relativement à la polémique autour du fichier électoral, le ministre Koïta a tenu à rassurer sur la fiabilité dudit fichier qui a été audité par un Comité d’experts et cela, avec l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’implication de tous les acteurs et l’assistance de toutes les structures en charge des questions électorales.
«C’est sur la base de ce document que les 8.462.000 cartes d’électeur ont été confectionnées à l’imprimerie nationale de France», a affirmé le ministre tout en assurant que le fichier a été mis en ligne par la DGE pour des raisons de transparence. Aussi le ministre en a-t-il appelé au sens de patriotisme des populations leur demandant d’aller enlever leurs cartes d’électeur en vue de la réalisation d’un taux record de participation à une élection au Mali.
Aliou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse