Processus de DDR : 45 ex-combattants rejoignent les rangs des FAMa

0
456

Le coup d’envoi de la phase de rattrapage du processus du désarmement, de démobilisation et de réinsertion (DDR) des anciens combattants au sein des Forces armées maliennes (FAMa), a été donné, jeudi dernier, au camp Général Abdoulaye Soumaré de Kidal. Les responsables de la commission nationale du DDR, les membres de la section désarmement de la Minusma et de nombreuses autres personnalités avaient pris part à cet événement.

En effet, dans un communiqué rendu public par le site de l’Armée, cette opération a enregistré 22 ex-combattants, qui viendront remplacer numériquement les éléments qui avaient été jugés inaptes sur le plan médical.

Le premier à être enregistré est un ancien combattant de la CMA, Moussa Ag Amassara. Il s’est dit très heureux de faire désormais partie des FAMa. « C’est un plaisir de voir l’Armée nationale et les autres mouvements signataires de l’accord de paix et de réconciliation se mettre sur la table pour que notre pays retrouve la paix et la quiétude », a-t-il expliqué.

Une situation qui rassure les acteurs dont le chef de l’antenne régionale de la commission nationale du DDR à Kidal, Abdoul Karim Matafa. Pour ce dernier, cette phase va consister d’une part à orienter les éléments aptes à intégrer les FAMa et d’autre part, à amener les éléments inaptes vers des projets socio-économiques qui permettront leur réinsertion au sein de la société et leur communauté respective.

En outre, ajoute le communiqué, le chef de l’antenne régionale se dit également très satisfait du bon déroulement de l’opération, car n’ayant pas encore rencontré des difficultés pouvant mettre en cause cette phase de rattrapage du DDR accéléré.

Nous estimons honnêtement, poursuit-t-il, que les travaux démarrent dans la sérénité et que tout se passe normalement avec la présence des forces de sécurité et des unités qui doivent recevoir les combattants pour suivre la procédure du DDR.

Pour rappel, cette opération est coordonnée par la Minusma à travers sa section régionale du DDR et de la réforme du secteur de la sécurité (DDR/SSR).

S. SIDIBÉ

Laisser une réponse