Programme Équité : La phase II coûtera 7,5 millards de fcfa

0
236

La phase II du programme Équité a été lancée hier dans un hôtel de la place pour un coût global estimé à 7,5 milliards de Fcfa. La cérémonie était présidée par les secrétaires généraux du ministère de l’Industrie et du Commerce, Adama Yoro Sidibé, et de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mamadou Gakou. C’était en présence du coordinateur du collège commerce équitable, Seydou Tangara.
D’une durée de 4 ans, cette deuxième phase vise à contribuer au développement économique durable via le renforcement des filières équitables. Cela, afin de lutter contre la pauvreté et de renforcer l’agriculture familiale dans six pays d’Afrique de l’Ouest : Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo, Ghana et Bénin.
Le coordinateur AVSF-Mali a expliqué que cette deuxième phase utilisera le commerce équitable comme un levier accélérateur des transitions écologiques des modes de production et de transformation pouvant déboucher sur une certification biologique. Elle consolidera aussi les écosystèmes institutionnels des filières de commerce équitable, appuiera la structuration des organisations de producteurs d’Afrique de l’Ouest et des filières dans lesquelles elles interviennent et assurera la promotion de l’égalité femmes-hommes et l’insertion des jeunes dans les filières de commerce équitable. Se réjouissant des résultats de la première phase, le coordinateur AVSF-Mali a expliqué que celle-ci a permis notamment le renforcement des capacités en gestion coopérative de 8.848 productrices de Ségou, Kayes, Sikasso, l’augmentation à 120% du volume commercialisé sur le marché équitable et biologique et profité à 348.400 bénéficiaires directs du projet. Il a invité les organisations de producteurs certifiées commerce équitable au Mali à profiter des opportunités de financement offertes par cette deuxième phase en faisant acte de candidature à travers le formulaire d’appel à projet disponible auprès de AVSF-Mali.
Partenaire historique du Mali, la France accompagne son développement sous plusieurs formes et dans divers domaines. Le représentant de l’Agence française de développement (AFD) a souligné que son organisation, à travers ses financements de projets et programmes, est un maillon clé de ce partenariat. Les productions agricoles et toutes leurs chaînes de valeur sont au cœur des interventions de l’AFD pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté.
Mohamed Lamine Diakité a rappelé que cette deuxième phase du programme Équité a été précédée de deux financements. Il s’agit : du projet de renforcement des capacités commerciales d’un montant de 984 millions de Fcfa achevé en 2015 et qui a permis de soutenir les filières karité et viande au Mali et de la première phase du programme Équité d’un montant de 2,5 milliards de Fcfa, achevé en 2019 et qui a touché les quatre pays ouest africains sus-cités.
Pour le secrétaire général du département en charge du Commerce, le commerce équitable est un partenariat commercial basé sur le dialogue, la transparence et le respect. II vise l’équité dans le commerce international et contribue au développement durable en proposant de meilleures conditions commerciales aux producteurs marginalisés. «Cette deuxième phase doit avoir plus d’impact économique et accélérer la transition agro écologique» a ajouté Adama Yoro Sidibé, tout en espérant que les interventions répondront aux besoins et priorités des différents acteurs des chaînes de valeur karité, mangue, anacarde, sésame et l’artisanat.

Aminata Dindi
SISSOKO

Laisser une réponse