Prolifération des armes légères et de petit calibre : LA CNLPAL LANCE SES ACTIVITÉS DE SENSIBILISATION

0
434

La campagne vise le soutien contre la détention illégale et le commerce illicite des armes


La Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères (CNLPAL) a procédé, mardi, au Centre international de conférences de Bamako (CICB), au lancement officiel de ses activités de sensibilisation sur les dangers liés à la prolifération des armes légères et de petit calibre. La cérémonie, qui avait comme thème « Les armes légères, une menace à la paix et au développement», était présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général Salif Traoré, en présence de son collègue de la Défense et des Anciens combattants, le général Ibrahima Dahirou Dembélé. Y étaient aussi présents le secrétaire permanent de la CNLPAL, le colonel major Néma Sagara et plusieurs autres invités.
Dans son allocution, le secrétaire permanent de la CNLPAL a d’abord rappelé que le slogan retenu pour cette année est «Ensemble, engageons nous contre la détention illégale et le commerce illicite des armes». Le colonel major Néma Sagara a fait ressortir le caractère particulier et l’intérêt capital de cette cérémonie pour la paix et la sécurité dans notre pays. «Le taux élevé de détention d’armes à feu par des civils a aggravé l’insécurité au Mali et, plus particulièrement, dans les régions du centre et du nord. Le flux incontrôlé d’armes en provenance de la Libye, depuis 2011, a contribué à alimenter les conflits armés au Mali et a accru les tensions tant au niveau régional que national», a-t-elle affirmé.
Par ailleurs, elle a indiqué que dans notre pays, les armes de fabrication locale sont très répandues avec un chiffre de 346 artisans fabricants d’armes à feu, créant ainsi un sentiment généralisé d’insécurité. Toute chose, selon Néma Sagara, qui a conduit l’Etat à renforcer les mesures pour assurer la protection des personnes civiles face aux dangers liés aux armes légères et de petit calibre. «De nos jours, plus de 100 millions d’armes circulent de façon illicite dans le monde à travers des réseaux mafieux et continuent de faire de nombreuses victimes partout dans le monde», a déclaré l’officier supérieur, ajoutant que les armes légères et de petit calibre sont à l’origine de près de 500.000 morts par an. « La situation, a-t-elle dit, est de plus en plus préoccupante au Mali à cause de la crise qu’il traverse ».
Pour sa part, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a indiqué que les armes légères, constituant une menace à la paix et au développement,  sont une réalité fracassante, aujourd’hui, dans le contexte de notre pays. Le général Salif Traoré a souligné que, malgré tous les efforts consentis par les forces armées et de sécurité, les élus, les associations, les organisations non gouvernementales, «nous comptons tous les jours des morts causés dans la plupart des cas par les armes légères». « Ces armes, a-t-il déclaré, continuent d’accentuer la souffrance humaine et à élargir le spectre de violences perpétrées sur notre territoire ». «La violence nuit au respect du droit international humanitaire et menace les gouvernements légitimes, favorise le terrorisme et entretient la criminalité nationale organisée. C’est pourquoi, notre pays, depuis les années 90, lutte sans relâche contre le phénomène de la prolifération les armes légères et de petit calibre comme en témoigne la Flamme de la paix à Tombouctou en 1996 suivie de la création la même année de la CNLPAL», a souligné Salif Traoré.
En outre, le ministre en charge de la Sécurité a rappelé que l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du Processus d’Alger prévoit globalement un Programme national de désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR) ainsi qu’un programme d’intégration des ex-combattants répondant aux critères qui sont convenus. « Ce programme, a-t-il précisé, s’inscrit dans la stratégie globale de consolidation de la paix à travers une bonne gestion aussi des flux d’armes et de stocks. Dans le cadre de la révision de la loi sur les armes en République du Mali, (déjà adoptée par l’Assemblée nationale), a ajouté le ministre, des dispositions pertinentes sont prises conformément aux dispositions du traité sur le commerce des armes.
Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse